test
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ah. 15/03/2481, nuit ▬ Mon amour, ce qui fut sera ▬ Hécate & Zorhan

Aller en bas 
AuteurMessage
Vanka
Admin
avatar


Points : 844
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: ah. 15/03/2481, nuit ▬ Mon amour, ce qui fut sera ▬ Hécate & Zorhan   Mer 27 Juin - 9:15

Mon amour,
ce qui fut sera
Elle s'était approchée de moi, des doigts s'aventurant dans ma barbe et mes yeux qui se fermaient. Un soupir. Je regrettais que l'on soit partis. Hécate m'y avait indirectement forcé, sachant très bien que je ne pourrais rester à Steros en la sachant dehors, en proie à tout danger. Cette image du jour où nous nous étions rencontrés, o la vie elle-même avait risqué de s'échapper de ses prunelles... Je ne pouvais pas risquer que ça recommence en restant les bras croisés, c'était impossible qu'elle me demande ça.

Le camp provisoire donnait peine à voir, même si dans mes premières errances, ça aurait été un grand luxe d'avoir une telle installation. Il y a une vingtaine d'année, quand je croyais qu'il était possible de survivre avec un rien. Quand l'orgueil me dominait au point d'en avoir perdu le fil... Les pertes et les années m'ont fait gagner en sagesse, heureusement. Mais une sagesse que les yeux de la belle Hécate savaient occulter. Une folie enfantine qu'elle avait su éveiller en moi. L'inconscience de tomber amoureux dans ce monde, de croire en l'amour et les bienfaits que ça pouvait apporter, se dire que ça valait tous les risques qui se tramaient à côté. Elle m'aidait à lâcher prise, à prendre l'air. Malheureusement, c'était un luxe que je ne devrais pas me permettre... Jamais je ne viendrais à regretter ce que nous partagions elle et moi, loin de là. Mais elle aurait dû tenir compte de ça, de nous, avant de quitter Steros... Je lui en voulais d'avoir accepté de participer à cette expédition.

Les préparatifs du camp étaient terminés. Le calme s'invitait alors que chacun se restaurait, buvait. Je n'avais pas faim... soif, bien trop pour pouvoir être rassasié, mais pas faim. Nous partirons à l'aube, sans nous attarder. La garde était assurée par un éclaireur et un protecteur. Ce dernier m'interpella alors que je m'excentrais du bivouac. « Z-zorhan, tu ne devrais pas t'éloigner... on doit rester groupés », tenta-t-il d'ordonner. Ce garçon était plus jeune que Nori. Mon regard se posa sur lui et le jaugea d'un air supérieur. Pas de ceux qui vous négligent, mais qui vous scrutent d'un air moralisateur. Je soupirai en levant les yeux au ciel. À Helion, il serait encore considéré comme un gosse... Enfermé à la caserne pour apprendre ou dans les jupes de sa mère pour trouver sa voie. Mais dehors, c'était déjà un homme qui se battait et affrontait des dangers qu'il ne devrait pas avoir à affronter. Je posai ma main sur son épaule. « Tu as raison Nelan. » Je n'avais pas de sourire à lui apporter, n'en ayant pas le cœur. Mais le fait que je me plie à son conseil semblait avoir bombé son torse, comme une fierté qu'un aîné le prenne au sérieux.

Tapotant son épaule, je revins vers le camp où j'aperçus Hécate, inquiète et semblant chercher quelque chose, ou plutôt quelqu'un. Je m'approchai d'elle et glissai mes doigts entre les siens, posant mon autre main à sa taille pour l'inciter à faire volte-face. « Hécate, tout va bien ? » Lui demandai-je d'une voix basse et d'un ton quelque peu préoccupé. Nous n'avions pas parlé depuis le départ. Ni depuis le début de la journée. J'étais resté de marbre face à elle, sans vraiment lui expliquer. Elle savait ce que ça me coûtait de sortir et peut-être que la réciprocité de son silence, de la distance qu'il y avait entre nous, était sa façon de respecter ce temps qu'il me fallait pour me faire à cette idée : nous étions dehors. Une nouvelle fois. Si une chose pouvait me rendre malade, c'était bien cette idée...
@"Hécate Vesper"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar


Points : 844
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: ah. 15/03/2481, nuit ▬ Mon amour, ce qui fut sera ▬ Hécate & Zorhan   Mar 3 Juil - 10:03

Mon amour,
ce qui fut sera
Les sensations que me procurait sa proximité me rendaient coupable. J'aimais tant être à ses côtés, la regarder et la voir me regarder ainsi en retour. Une enveloppe si chaleureuse combattant si fièrement le froid. À sa question, je me risquai à secouer négativement la tête après qu'elle ait chassé les yeux curieux qui nous entouraient. Ça n'était pas très habile de nous montrer si proches au beau milieu du camp. Mais je souffrais de cette distance qui ajoutait à mon malaise d'être à l'extérieur. Sa main gravit mon torse pour ajuster ma veste. Je ne quittais pas ses yeux des miens.

Bien que j'en avais envie, je ne parvenais pas à la maudire de s'être engagée dans cette expédition. Je lui en voulais, indéniablement. Mais comme si l'âge me rendait moins persistant dans mes sentiments, ceux que j'avais pour elle prenaient le dessus et j'étais incapable de lui avouer ce nuage noir qui planait au-dessus de nos têtes. Le vent finirait par le chasser, et j'en oublierais peut-être pourquoi ce jour, je lui en avais voulu... Peut-être. Son front s'approchant de mon visage, je baissai légèrement la tête pour que nous soyons front contre front. À sentir nos souffles s'entremêler, j'avais l'impression qu'une bulle venait nous entourer. Mon cœur vibrait de ce contact... je fermai les yeux un instant, appréciant ce moment privilégié comme s'il était le seul que je pourrais m'accorder, un contact que je n'aurais même pas dû tenter...

Tel un papillon, elle s'envola. Avant que je n'ai le temps de comprendre ce qu'elle venait de dire. Me chercher à manger ? Je soupirai, n'ayant pas faim du tout... Autour de moi, quelques regards se baissaient au passage du mien. Je fronçai les sourcils, pestant d'être ainsi jugé pour mon comportement envers Hécate. En même temps, les gens n'étaient pas dupes. Depuis toutes ces années où nous avions été considérés et où nous nous considérions comme de simples amis, il était évident que notre entourage ait compris. Qu'il ait vu un changement dans nos rapports, dans la façon que j'avais de la regarder... Steros ne m'avait jamais connu d'amour hormis celui que je prêtais à mes proches. Un amour qui était bien différent de celui que m'inspirait Hécate. L'intrépide et belle Hécate... étoile scintillante et tonitruante. Je faisais, sans nul doute, bien des jaloux.

Sans qu'elle ne m'en laisse le choix, je dus saisir le bol de bouillon. Un soupir avant de la regarder à nouveau. « Il faut surveiller nos réserves... » Tentai-je de me justifier de ne pas avoir mangé plus tôt. À contre-cœur mais le corps appétant, je pris une cuillère du bouillon. Ce n'était pas le repas le plus fameux que j'avais pu faire, mais ça restait mille fois plus goûteux que les barres gélatineuses de protéines synthétisées que nous proposait Helion... Sans ces barres, ma croissance n'aurait certainement pas eu tant d'effet sur ma stature, mais ça n'en restait pas moins à gerber ces trucs... Vive les laboratoires, la recherche et toutes ces conneries pour maintenir ce havre de paix debout.

Une deuxième cuillère dans un silence pesant. Sourcils froncés, je voulais me donner un coup de pied aux fesses, lui parler, lui dire ce que j'avais sur le cœur. Mais en vain... Mes pensées s'égaraient sur les paroles que j'avais échangé avec Eagon. Ce n'était pas le moment, ni le lieu. Pourtant, les yeux qui se plantèrent dans les perles azurées d'Hécate étaient loin de la contrariété, de la colère, de la rancœur. Ils défilaient les images de mon esprit, ces rêveries presque enfantines où Steros prospérait, s'éloignait de nos préoccupations. Où tout ce qui comptait, c'était nos deux âmes liées l'une à l'autre et quelques rires d'un enfant ne nous quittant jamais. Une aspiration complètement folle... je cillai à plusieurs reprises, sirotant le bouillon d'un trait et repêchant les derniers morceaux de légumes égarés. « Merci Hécate, mais j'aurais pu m'en passer », lançai-je d'un ton maussade avant de poser le bol à côté du sien.

Je posai la cuillère sur la sienne, puis son bol sur le mien. L'esprit torturé par le poids que je ressentais sur mes épaules. L'envie de faire demi-tour en la traînant de force s'il le fallait. L'envie de la laisser faire ses choix mais de lui imposer ma présence afin de toujours pouvoir veiller sur elle. L'envie de ne plus avoir à me préoccuper du jugement des autres, de les laisser parler pour ceux que ça intéresse, pester contre moi ou contre nous pour les plus sceptiques. Je ne voulais pas me battre sur autant de fronts. Préserver mon image, celle qu'imposait mon rang. La préserver elle, au risque de l'encourager dans son imprudence. Je détestais la complexité de ces tableaux qu'il fallait composer pour que règne l'harmonie et l'équilibre. « Hécate », murmurai-je pour capter son attention sans susciter celle de ceux qui nous entouraient. « Je connais Helion. Je connais sa structure, ses système de sécurité. Je connais ses lois et ses sanctions. Je me tournai vers elle. Je connais nos chances de nous en sortir vivants et je... » Ma voix se perd un instant alors que je prends ses mains dans les miennes, les traits crispés par l'inquiétude de ce qui nous attendait. « Nos chances de réussir sont minces... trop minces... Je ne suis pas sûr d'avoir assez de confiance envers le Guide pour croire qu'on s'en sortira tous vivants », lui confiai-je d'une voix très basse. « Et peut-être que j'avais raison de rester loin de toi, de freiner ce qui naissait entre nous au fil des années parce que... je sais qu'à choisir entre le groupe et toi, ici à l'extérieur ou là-bas à Helion, c'est toi que je choisirai. » Un regard à la fois pesant de culpabilité et déterminé à la protéger.

Ce n'était pas une ambition digne d'un régisseur. Je n'avais pas à placer mes intérêts avant ceux du camp et si ça m'était facile de le faire à Steros, me retrouver à l'extérieur inversait la vapeur. J'avais perdu trop de proches pour en sacrifier aujourd'hui. Dans tous les cas, la perte de la moindre personne me pèserait sur la conscience. Alors quitte à choisir, je préfère qu'Hécate respire encore, même si pour ça, il aura fallut que j'en abandonne en route. Un constat que je m'en voulais de faire. Un sentiment de honte m'habitait à ne pas pouvoir garder le sens des priorités. À préféré vivre que survivre... Sans que je ne la laisse répondre, j'entourais de mes mains son visage et l'embrassai avec une tendre passion. Peu m'importait ce que diraient les autres. Peu m'importait d'avoir son accord ou non, elle pourrait toujours faire croire à un simple écart de conduite de ma part, et au moins nous serions sur un pied d'égalité : elle aurait le droit de m'en vouloir pour cette liberté prise.
@"Hécate Vesper"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
 
ah. 15/03/2481, nuit ▬ Mon amour, ce qui fut sera ▬ Hécate & Zorhan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gondolier mon Amour
» travailler de nuit!!!!
» La Maison de la Nuit-->Ecole de Vampires, intrigue et meurtres...
» Le fleur d'amour
» Celui qui lie l'amour et la beauté n'a jamais connu l'amour. Celui qui lie l'amour et l'horreur a déjà aimé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saom AD :: RP :: Zorhan-
Sauter vers: