Saom AD


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Irime Skoden

Aller en bas 
AuteurMessage
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Irime Skoden   Sam 9 Juin - 17:51

Irime Skoden



Ton pseudo/prénom : Vanka
Ton âge : 25 ans
Comment t'es arrivé là ? DC de @"Cosima Strelitzia"
Que penses-tu du forum ? Toujours aussi bien !
Présence : Régulière
Un truc à dire ? Tout plein d'amour :3
[x] inventé  [ ] scénario/pv  [ ] pré-lien

Nom de famille : Skoden
Prénom(s) : Irime
Âge : 25 ans
Date de naissance : 18/11/1992
Lieu de naissance : Durrës en Albanie

Orientation sexuelle : Bisexuelle
Statut civil : Célibataire
Métier : uc
Groupe : Civils

Célébrité sur l'avatar : Kaya Scodelario

Caractère/Physique :


Courageuse - Téméraire - Audacieuse - Compétitive - Joueuse - Fêtarde - Bornée - De mauvaise foi - Vindicative - Rancunière - Humble - Rêveuse - Créative - Impatiente - Réceptive - Influençable - Sujette à des troubles obsessionnels compulsifs

Ses proches, si elle en avait, ne la reconnaîtraient pas. Et pourtant, malgré les épreuves de la vie, son tempérament est sans doute ce qui lui a permis de rester en vie, de continuer d'avancer même lorsque les ombres l'envahissaient. Elle n'est pas sortie de là indemne, mais on comprend vite cette fougue qui l'anime. Cette rage de vaincre et de poursuivre le combat. Irime a ces défauts qu'ont les personnes trop sûres d'elle. Mais avec l'assurance en moins. Elle s'attache à faire ce qu'elle considère être juste, peu importe ce que ça lui coûte. Elle pourrait aider un ennemi ou laisser un enfant se casser la figure. Épargner quelqu'un à un instant T ou le laisser tomber pour qu'il apprenne en se relevant. Ce n'est pas de la pitié qu'il faut trouver dans les yeux d'Irime, même si son air mélancolique et absent l'inspire à bien des personnes. Si elle peut en ressentir pour les autres, ce sera négatif. Alors forcément, lorsqu'on en ressent pour elle... et bien ça l'énerve plus que de raison. Loin d'être facile à vivre, ce bout de femme préserve les autres en se complaisant dans une solitude qui, pourtant, est loin d'être la solution à ses problèmes.

Histoire :


Tout le monde ne né pas avec le même poule de chance. Irime est de ceux qui s'acharnent face à un sort qui s'entête à l'accabler jour après jour. Elle n'avait que quatre ans quand sa mère a mis les voile. Un père peut-être trop violent... sûrement. La drogue et l'alcool ne lui allaient guère. C'était ce qu'on pouvait appeler un raté. Sa femme avait le choix : le supporter jusqu'à la fin de sa vie ou dire adieu à sa fille. C'est à contre-cœur qu'elle a choisi de partir. Plusieurs fois, elle aura tenté de récupérer Irime de force. Mais rapidement, elle comprit que jamais elle n'y parviendrait.

C'est sans mère qu'Irime a donc grandi. Dans un mobile-home délabrés, seul toit que son incapable de père était capable de lui fournir. Elle ne détestait pas sa vie pour autant, cette enfant. Se contentant de voir le bon côté. Il n'y en avait pas beaucoup, de bons côtés... Ses amies à l'école se moquaient d'elle, des friches qu'elle portait, des lunch douteux qu'elle ramenait. En rentrant de l'école, Irime allait s'occuper de cette petite vieille qui habitait à côté de chez elle. Sa voisine était un trésor de générosité. Une figure maternelle aimante et charitable. Lirka Mehmet. Elle se doutait des mauvaises habitudes de Joshan Skoden mais croyait Irime lorsqu'elle lui disait que jamais il n'osait lui faire de mal. L'enfant repartait avec quelques plats qu'aimait cuisiner madame Mehmet.

De cette vie, plus les années avançaient et plus Irime en avait assez. Ses fréquentations étaient rares et pour la majeure partie assez mauvaises. Son tempérament rendait ses rapports avec son père de plus en plus conflictuels. Il n'hésitait plus à la frapper et à la menacer de bien des sévices si elle persévérer à ne pas vouloir l'écouter. Elle obtint à l'école une formation en secrétariat. Ça ne lui ouvrirait pas beaucoup de portes, mais au moins elle pouvait espérer avoir l'ombre d'un diplôme.

Malheureusement, sa vie privée ne s'arrangeait pas et ses rapports avec son père devenaient de plus en plus violent. Irime avait un petit emploi dans un café où elle allait après les cours. Si au retour de son travail elle n'avait pas ramené la came de son père, ce dernier la passait à tabac. Un jour, madame Mehmet fut témoin de la maltraitance dont Irime était victime. Si cette dernière suppliait la vieille dame de ne rien dire, la police finit par être alertée. Joshan savait à qui s'en prendre. Et avant même que l'arrestation n'ait lieu, il s'en prit à cette pauvre Lirka. Complètement anéantie par les agissements de son géniteur, Irime fugua. Elle avait alors seize ans et à peine terminé sa formation.

Prenant ses clics et ses clacs, Irima tenta de rejoindre la capitale, de faire sa vie en s'éloignant de ce paternel nocif. Les services sociaux ne s'occupent guère des adolescents qui se complaisent à vouloir s'en sortir seuls. Irime ne savait juste pas à quelle porte frapper. Alors elle s'entoura de quelques mauvaises graines, enchaînant des squats et tentant de rester éloigner des drogues qui tournaient dans ce genre de groupes. Avec les ravages que ça avait causé chez son père, elle se refusait de tomber là-dedans.

Simple serveuse dans un café le jour, dans une discothèque la nuit, Irime tentait de se faire de l'argent pour louer un appartement et obtenir un semblant de vie normale. Elle se sentait seule, terriblement seule. Pleurant une mère qui avait préféré l'abandonner plutôt que de se battre pour elle, un père qui n'avait pas une once de sens des responsabilités. Aucune famille et cette pauvre madame Mehmet qui avait succombé de ses blessures. Irime espérait que son géniteur pourrissait en prison pour son crime et les mauvais traitements qu'il lui avait infligé.

De son côté, Irime peinait à trouver sa voix. Enchaînant les soirées douteuses et l'errance entre ses heures libres et ses deux jobs. L'enfant devenant adulte peu à peu ne se méfiait pas assez du monde. Considérant avoir assez vécu et être assez robuste pour être imperméable aux dangers que représentait la capitale, elle fit la mauvaise rencontre. Une histoire de vol dans les caisses venait de la faire être renvoyée de la boîte dans laquelle elle travaillait. Une de ses collègues jalousait la sympathie que lui accordait le patron alors elle la fit plonger pour un vol qu'Irime n'avait pas commis. Cette nuit-la c'était mal finie et Irime était aller calmer ses nerfs dans un bar non loin de chez elle. Enfin d'un de ses points de chute. Un homme étrange mais amusant l'accompagna dans ses différents verres jusqu'à ce qu'elle ne soit plus réellement apte à garder le contrôle...

Au lendemain, c'est attachée aux barreaux d'un lit défraîchit qu'elle se réveilla. Une chambre avec deux autres filles. Un mal de crâne comme jamais elle n'en avait eu et un trou noir sur ce qui s'était passé la veille. Pour une fois depuis longtemps, Irime ressentit de la peur. Ressentit autre chose que de la colère - même s'il y en avait, autant envers elle qu'envers la personne qui l'avait amenée dans ce lieu plus glauque qu'un squat. Des hommes entrèrent, ils venaient avec des seringues donner des doses d'héroïne ou n'importe quoi d'autre. Irime tenta de se défendre, frappant et mordant, mais deux baffes dans sa tête laissèrent le champ libre aux agresseurs pour injecter la substance dans ses veines. La tête qui tourne, les yeux qui partent vers le ciel flou de ses paupières.

Plusieurs jours passés à être droguée, dépossédée de ses moyens. Si Irime paraissait avoir un mental plus résistant que les autres filles, la drogue restait plus forte. Comme les autres, elle devint aussi malléable et docile qu'un chiffon. L'enfer démarrait pour cette fille à qui on arrachait tout espoir de s'en sortir. Si Irime se défendait de ces hommes à qui on s'acharnait à vouloir l'offrir, on lui rappelait ce qui l'attendait si elle ne faisait pas ce qu'on lui demandait. Et comme les autres, elle venait ramper aux pieds de son propriétaire pour avoir sa dose. Pathétique constat dont Irime avait honteusement conscience. Comme elle le détestait... lui et tous les autres... Askan était l'homme qu'elle rêvait de voir souffrir jusqu'à succomber de douleur. Une balle dans la tête serait une mort bien trop clémente pour cet enfoiré de première classe.

Un déménagement s'annonçait. À peine trois mois passés dans ce rade, ils mettaient les voiles vers un autre quartier de Tirana tout aussi douteux, embarquant la jeune femme qui approchait alors de ses vingt-et-un ans. Irime faisait de son mieux pour leur pourrir la vie. Oscillant entre un comportement détestable et servile. S'assurant de rester en vie et de continuer à avoir ses doses. Il lui arriva dans piquer, d'en subir les conséquences à être enfermée plusieurs jours et laissée en état de manque. Mais ce qu'elle endurait lui importait peu : ce qui comptait était de leur mettre des bâtons dans les roues.

Askan la détestait, c'était une évidence. Mais se lisait dans les regards qu'il lui accordait une certaine admiration, souvent remplacée par une lueur de satisfaction lorsqu'elle venait le supplier de lui donner sa dose. Une dépendance à laquelle il semblait s'accrocher. Une dépendance qui rongeait Irime de l'intérieur. Les temps changèrent et deux ans plus tard, le groupe grandit, nourrissait des envies d'exportation. Plusieurs hommes et femmes victimes de ces trafiquants furent emmenés clandestinement en Italie. Traversant la botte jusqu'à atterrir en Sicile, plus exactement à Palerme. Certains contacts déploraient un marché trop peu exploité de ce qu'avait entendu Irime. La Sicile, c'était un climat et des paysages qui changeaient beaucoup de l'Albanie. Un regain s'espoir naissait dans le cœur écorché d'Irime. Sauf que l'illusion ne dura qu'un temps. Askan ouvrait un club qui, derrière les rideaux, laissaient libre cours à la prostitution et des jeux clandestins. Un véritable théâtre dont Irime était forcée à en devenir l'une des comédiennes.

Jusqu'à ce jour.

Ce jour où enfin, peut-être - en tout cas en partie -, la chance tourna. Elle avait peur de cet homme trop bien sur lui. Irime en avait vu passer des clients douteux, négligés et surtout négligeant. Si Askan éloignait les pires énergumène de certaines de ses filles, celui-ci pu approcher Irime comme personne n'avait pu le faire. Combien de billets avait-il déposé dans la poche du proxénète pour avoir le droit de la faire sortir une nuit, puis deux ? De toute évidence, il s'agissait d'un homme important. Un politicien ? Un mafieux ? Tout ce qu'il voulait, c'était écraser le club. Cette intention fut exprimée assez rapidement alors que l'homme se refusait à toucher ce corps qu'il avait loué. Ses motivations importaient peu à Irime. L'idée de voir ce pseudo-empire brûler l'empêcher de chercher à savoir qui commanditait cette dissolution. Il parvint à la convaincre, à obtenir d'elle une idée de la configuration du club, des têtes pensantes qui s'y trouvaient, des clients réguliers et ceux qui pouvaient se trouver là le jour J.

Il y a un an jour pour jour que Moretti aura offert à Irime le plus beau cadeau qu'elle pouvait attendre : l'établissement en feu. Ses yeux pétillèrent d'un émerveillement que l'on ne prêtait qu'aux enfants. La chaleur des flammes lui coupait le souffle dans une extase qu'elle ne pensait pas possible de ressentir. Sur ses joues ne roulaient pas des larmes de tristesse, mais bel et bien de joie.

Oscar Moretti savait placer ses pions, ça ne faisait aucun doute. Son côté manipulateur et quelque peu sociopathe dépeignait dans ses rapports avec Irime, mais ça lui importait peu. Au vu des personnalités qu'elle avait rencontré, elle trouvait même rassurant de voir quelqu'un s'assumer et ne pas se cacher derrière de faux semblants. Cet homme conserve bien des énigmes qu'Irime n'insiste pas à vouloir découvrir. Il lui a offert un séjour dans un petit hôtel modeste pour accorder un temps de pause, loin des préoccupations. Venant s'inquiéter de son état. Il arrivait que Moretti la retrouve à trembler d'effroi et de manque terrée sous son lit. Les traumatismes dus à sa vie étaient à prévoir. Il l'a prise en charge telle une pupille et s'engagea dans la réhabilitation sociale d'Irime. Elle devait lui assurer d'être consciente de la chance qu'il lui offrait, qu'elle ne devrait pas le décevoir. Irime était prête à promettre monts et merveilles à son bienfaiteur. Mais une fois en cure de désintoxication, c'est pour elle-même que ces promesses furent faites. Irime ne veut pas le décevoir. Une reconnaissance offrant loyauté et dévouement envers cet homme à qui elle devait tant...

Et ça fonctionnait. Pour la première fois, Irime avait l'impression de compter pour quelqu'un. Oh elle ne se faisait pas d'illusions et savait n'être qu'un pion de plus pour cet homme qui avait tant de monde à ses pieds. Mais ce manque de réciprocité ne changeait en rien la façon dont elle le percevait. Et peut-être que derrière les apparences, lui aussi, après tout, pouvait s'être attaché à elle plus que de raison. La rigidité et la détermination d'Oscar à vouloir faire d'Irime quelqu'un la poussa à se dépasser et donner le meilleur d'elle pour s'intégrer. Si des écarts reste regrettables, Irime est indubitablement sur la bonne voie. Une bonne voie qui n'est pas celle de la morale... Côtoyer Oscar lui éveille cette envie de briser et brûler chaque personne cherchant à la rabaisser et à la soumettre. Une étincelle que le parrain sait aviver et qu'Irime ne cherche pas à tempérer. Son éducation et sa vie en générale n'ont pas été les meilleures instructrices... Elle n'a qu'une faible notion du bien et du mal.

Pour aider le staff :


Code:
KAYA SCODELARIO <span class="pris">■</span> Irime Skoden

Code:
MÉTIER ■ Irime Skoden

_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.


Dernière édition par Vanka le Lun 11 Juin - 14:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: Irime Skoden   Dim 10 Juin - 21:31


_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: Irime Skoden   Dim 10 Juin - 23:04

Un espoir arriva lorsque qu'avec ses nouvelles bonnes résolutions sur l'éradication des groupuscules mafieux et criminels, l'Albanie renforçait les contrôles. Mais si leur club fut vidé, des filles balayées, des ravisseurs arrêtés, ce groupuscule n'avait pas tout perdu. Askan avait trouvé le moyen d'anticiper l'opération. Les autorités sont si corruptibles dans ce beau pays... Impossible pour Irime de comprendre quoi que ce soit à ce qui se passait, seulement qu'ils déménageaient vers de plus beaux horizons. L'Albanie était devenue trop dangereuse pour eux. Si les effectifs déjà restreints se voyaient réduits, ils tentèrent leur chance ailleurs. Elle avait vingt ans et se retrouvait dans un conteneur en direction de sa nouvelle maison. Un nouvel endroit où elle ne pouvait que redouter le pire. Des contacts, des liens obscurs remontant à des temps qu'aucun des partis ne devait avoir réellement vécu. Était évoqué la Stidda et ses querelles avec quelques groupes locaux. Un marché dont les prix pouvaient être concurrencés par les albanais qui avaient toujours des contacts dans cette plaque-tournante qu'est le pays à l'aigle bicéphale. Une carte dangereuse qu'Askan était prêt à jouer.

Une carte qui le fit perdre avant même d'avoir pu dire ouf.

Ce jour où enfin, peut-être - en tout cas en partie -, la chance tourna pour Irime. Elle avait peur de cet homme trop bien sur lui. De toute évidence, il s'agissait d'un homme important. Un politicien ? Un mafieux ? Tout ce qu'il voulait, c'était écraser ce groupe naissant. Cette intention fut exprimée assez rapidement alors que l'homme se refusait à toucher ce corps qu'il avait loué. Ses motivations importaient peu à Irime. L'idée de voir cette pseudo-renaissance s'étouffer l'empêchait de chercher à savoir qui commanditait cette dissolution. Il parvint à la convaincre, à obtenir d'elle une idée de la hiérarchie, des produits, des lieux et ports vers lesquels transitaient ces armes de mauvaise facture que les albanais cherchaient à revendre.

Prétendre venir polluer le marché de Palerme et empiéter sur le territoire Roccella était un affront direct qu'Oscar Moretti ne pouvait accepter. Son soldato avait obtenu toutes les informations dont il avait besoin auprès d'Irime. Une nuit suffit pour que le clan fasse le nettoyage. Cependant, Oscar Moretti tint à être sur les lieux pour lancer l'étincelle qui mettrait la résidence défraîchie des albanais en feu. Ils étaient bien trop loin de chez eux, de leur territoire ou de celui de leurs alliés. Il y a un an jour pour jour que Moretti aura offert à Irime le plus beau cadeau qu'elle pouvait attendre : ce feu de joie. Ses yeux pétillèrent d'un émerveillement que l'on ne prêtait qu'aux enfants. La chaleur des flammes lui coupait le souffle dans une extase qu'elle ne pensait pas possible de ressentir. Sur ses joues ne roulaient pas des larmes de tristesse, mais bel et bien de joie. Épargnée par son service rendue au clan, Irime avait été tenue à l'écart des victimes. Ce qui brillait dans ses yeux cette nuit-là a captivé le parrain qui entrepris de garder cette fille sous son l'aile.

_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: Irime Skoden   Lun 11 Juin - 14:34

Sevan Wolinski


[x] Libre  [ ] Réservé  [ ] Pris

Nom de famille : Wolinski (au choix, à noter qu'il a changé d'identité)
Prénom(s) : Sevan (au choix, à noter qu'il a changé d'identité)
Âge : entre 29 et 33 ans
Date de naissance : au choix
Lieu de naissance : au choix

Orientation sexuelle : hétérosexuel
Statut civil : célibataire
Métier : ancien trafiquant à Trapani, il cherche à se ranger dans la légalité (en recherche d'emploi ou dans un travail au choix)
Clan : citoyen

Célébrité sur l'avatar : Iwan Rheon

Caractère/Physique :


Il est très protecteur envers les personnes qui comptent pour lui, quitte à ce que ces personnes le détestent pour ce qu'il fait pour elles. S'il est loyal et - malgré ce qu'on peut penser - a beaucoup de valeurs, ça ne l'empêche pas de cherche à constamment tout mettre en oeuvre pour obtenir ce qu'il souhaite. Sa plus grande faiblesse sont les personnes qu'il aime comme sa famille et quelques amis proches. Attaché à sa liberté, il fera tout pour ne jamais passer derrière les barreaux quoi qu'il ait fait et quoi que ça lui coûte. Pour s'en assurer, il a su cultiver des relations lui permettant quelques passe-droits. Il sait s'entourer et manipuler cet entourage. Quand on est de son côté, c'est un allié de taille. Quand on s'oppose à lui... c'est tout de suite plus compliqué.

Histoire :


Une famille assez banale, quelques mauvaises actions et mauvaises influences auront laissé Sevan faire ses expériences. Un penchant pour la bagarre et les jeux dangereux.

Sevan avait une petite sœur : Mina. Ils étaient très proches mais à la fin de ses études, elle a voulu changer de ville, s'éloigner de sa famille, et arriva en Sicile. S'ils sont longtemps restés en contact, du jour au lendemain, Mina ne répondait plus au téléphone, ne donnait plus aucun signe de vie.

Il s'est rendu chez elle mais personne. Sevan a signalé sa disparition aux autorités locales mais ces dernières traînèrent avant de bouger le petit doigt. Ils finirent par conclure que Mina aurait été enlevée par des rabatteurs qui sévissaient dans le coin.

Incapables d'aller plus loin, la police ralentit les recherches, ajoutant Mina à une pile de dossiers du même type. Sevan était indigné par ce manque de considération. Prêt à tout pour venir en aide à sa sœur, il entreprit de se rapprocher des malfrats en se faisant passer pour un intéressé.

Ça lui prit des semaines, des mois, mais il entra dans la danse du côté des prédateurs. Un ignoble trafic dans lequel sa sœur était emprisonnée. Il finit par la retrouver, Mina. Une baraque en plein Trapani. Mais les choses tournèrent mal : Sevan fut démasqué et sa sœur sortie du marché pour proposer un autre deal. S'il était capable de tout ceci pour elle, c'est qu'il était prêt à tout pour qu'elle reste en vie. Alors de chantage, celui qui s'occupait de la résidence, un certain Askan, obtint de Sevan une loyauté sans égal.

S'il ne faisait pas ce qui lui était demandé ou échappait un mot, un morceau de sa sœur lui serait envoyé. Alors Sevan resta enfermé dans cette résidence à s'occuper de ces pauvres filles que le sort n'avait pas épargné. C'était parfois difficile, et en piqûre de rappel, il reçut une phalange de Mina. Puis une autre. Sevan se jura de préserver sa sœur et s'interdit le moindre faux pas supplémentaire. Devenant comme l'un d'entre eux. Ou presque.

Jusqu'à ce qu'elle arrive ; Irime. Cette fille sortie de nulle part et que rien ne paraissait pouvoir briser. La drogue en créait l'illusion, mais se lisait toujours en elle cette envie d'en découdre et de ne pas abandonner le combat. Chose que Sevan avait fait depuis longtemps... Askan se montrait à la fois plus dur et plus indulgent avec elle. Ce n'était qu'un jeu pour lui. Peinant à accepter de voir cette force s’essouffler en elle, Sevan commença à vouloir prendre sa défense. Mais il le paya cher. Tout du moins Mina le paya cher. Askan l'avait mutilée. Sevan entra dans une rage noire qui assurait implicitement que Mina ne s'en sortirait pas...

Il ne pouvait continuer à la laisser souffrir de mille souffrances qu'il ne pouvait imaginer. Sevan avait merdé en se faisant découvrir. Il aurait dû accepter la défaite et les laisser la tuer il y a longtemps plutôt que de la laisser vivante entre leurs mains. Perdu pour perdu, Sevan entreprit de faire sortir des filles de la résidence. La première porte qu'il ouvrit était celle de cette fille et deux autres. Il en ouvrit une deuxième avant de comprendre qu'il ne pourrait pas faire sortir tout le monde sans y laisser la vie. Lâcheté ou soif de vivre ? Sevan s'enfuit. Plus personne n'eut de nouvelles de lui.

Un faussaire qui travaillait pour le groupe. S'ils pourraient remonter jusqu'à ce dernier pour le retrouver, au moins les autorités ne seraient pas après lui. Les autorités. Elles finirent par faire éclater la résidence. Ils se doutait que certains membres du clans allaient être après les possibles rescapés qui pourraient témoigner contre eux. À l'aide de ses contacts, Sevan obtint des renseignements sur la possible position d'Irime. C'était trop tard pour les autres, alors il entreprit de la retrouver elle et de la protéger, ce qui le conduisit à Palerme où il retourne ciel et terre pour lui mettre le grappin dessus tout en essayant de se fondre dans la masse pour se créer une nouvelle vie.

Liens :

 
Irime Skoden

Elle fut l'élément déclencheur, celui qui força Sevan à ne plus fermer les yeux, à faire bouger les choses malgré le sacrifice que ça lui demandait. D'avoir perdu sa sœur le rendra particulièrement protecteur envers Irime, comme s'il reporterait le visage de Mina sur les traits de l'albanaise. Mais les sentiments qu'il ressentira pour elle seront bien différents... En tout cas, il ne s'autorisera pas à la perdre, à ce que le moindre mal lui soit fait. Sevan ne souhaite qu'une chose : être à ses côtés pour la protéger et la soutenir pour qu'un jour, elle puisse retrouver un semblant de vie normale.


Prénom Nom

Écrire ici



_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.


Dernière édition par Vanka le Dim 17 Juin - 11:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: Irime Skoden   Sam 16 Juin - 2:03

Azelia Spinelli


[x] Libre  [ ] Réservé  [ ] Pris

Nom de famille : Spinelli (négociable)
Prénom(s) : Azelia (négociable)
Âge : entre 30 et 36 ans
Date de naissance : au choix
Lieu de naissance : au choix

Orientation sexuelle : bisexuelle
Statut civil : célibataire
Métier : Serveuse dans une boîte de nuit peu recommandable
Clan : citoyenne, possible lien avec le clan Capaci

Célébrité sur l'avatar : Krysten Ritter (négociable, petite inclinaison envers Sofia Boutella)

Caractère/Physique :


Magnanime - joueuse - altruiste - cultivée - travailleuse - volage - obstinée - colérique - émotive - désinvolte - instable

La vie ne l'a pas encore totalement brisée. Si Azelia a du mal à se défaire de mauvaises habitudes, elle n'en reste pas moins énergique, enthousiaste et optimiste. Elle aime le risque, la compétition. Elle n'a pas eu la chance d'avoir de famille, mes ses amis proches deviennent rapidement des piliers pour elle. Jusqu'au jour où sa confiance est trahie et o tout s'effondre pour se reconstruire avec une autre personne.

Histoire :


• Orpheline, elle a toujours voulu s'ancrer dans des relations fortes pour ne pas se sentir seule et délaissée
• Besoin d'appartenance qui l'a poussée à faire "comme les copains" et plonger dans la drogue, ça lui permettait aussi de passer le temps, de ne pas avoir conscience des années qui défilent et de son inactivité
• Écume les jobs miteux, elle n'a jamais fait d'études et n'a pas de talents particulier. À part en peinture, mais Azelia n'a pas assez confiance en elle pour se lancer.
• Elle se fournit(ssait?) chez un dealer des Capaci sans vraiment savoir tout ce qui se trame derrière, Azelia connaît Palerme et sait que la mafia est ancrée dans cette ville, dans toute la Sicile. Comme si c'était normal, elle n'y prête aucune attention particulière et ne se pose pas de questions sur eux.
• Souhaitant se poser, se caser dans une vie normale et "tranquille", Azelia s'est vue motivée par son copain de l'époque à suivre une cure de désintoxication. Si ça a tenu, depuis qu'il l'a larguée, ça devient difficile de résister à la tentation.
• Son ex l'avait aussi motivée à persévérer dans un travail : encore aujourd'hui, elle est serveuse dans cette boîte de nuit dans Palerme. Ce n'est pas le job de ses rêves, mais Azelia compte bien se donner les moyens d'y rester tant qu'elle n'a pas trouvé un autre job sûr.

Liens :

 
Irime Skoden

Sa filleule. La première. Avec Irime, elle se sent d'aider, d'être apte à faire de son mieux pour la maintenir sur la bonne voie. Elles ont suivi la même cure et sont donc au même groupe de soutien. Elles y avaient eu quelques discussions autour du café servit en fin de réunion. Mais c'est quand Irime a commencé à s'ouvrir au groupe que Azelia a voulu s'investir pour lui venir en aide. Une relation très forte s'est tissée entre elles. Si bien que lorsque Azelia rechuté, c'est vers Irime qu'elle est allée. Qu'elle a puisé la force de ne pas complètement replonger. Irime l'a veillée, soutenue. Elles seraient à considérer comme deux soeurs de mondes différents qui ont su se rejoindre. Azelia l'aime, elle se sent libre d'être elle-même avec Irime. Une facilité dans le contact et la communication qui, parfois, la laissent croire qu'il s'agit d'un amour plus intense qu'une "simple" fraternité.


Prénom Nom

Écrire ici



_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Irime Skoden   

Revenir en haut Aller en bas
 
Irime Skoden
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saom AD :: Omerta :: Irime-
Sauter vers: