Saom AD


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 aa. (16/03/2481) De la viande fraîche pour le dîner ▬ Adowin & Wolfrem

Aller en bas 
AuteurMessage
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: aa. (16/03/2481) De la viande fraîche pour le dîner ▬ Adowin & Wolfrem   Ven 1 Juin - 12:53

De la viande fraîche
pour le dîner
Une piste était suivie depuis trois jours déjà. Nous espérions que le petit duo animal parviendrait à nous nourrir. Les temps étaient bien plus durs qu'il n'y paraissait : le froid avait gelé les plantes, fait se terrer les animaux. Nous n'avions, pour manger, que quelques maigres réserves récupérées lors de notre dernier tour au camp principal. Eux aussi, peinaient à se nourrir. Si nous n'étions pas leurs "protecteurs", ils n'auraient eu à nous donner que quelques graines qui ne parvenaient pas à germer. Plusieurs mouvements s'étaient montrés, mais harassés par le froid et la faim, je ne voulais pas amener mes hommes trop près des regroupements. Notre éclaireuse ne revenait pas, c'était mauvais signe. Asmea revenait toujours.

Une main indiquant de nous baisser. Emrys s'avança de quelques pas feutrés. Un craquement se fit entendre face à nous. Il s'approcha un peu plus. Un peu plus. De cette planque ne sortirent pas deux proies à quatre pattes, mais une seule se tenant sur deux jambes. Emrys se laissa surprendre mais échangea quelques coups avant qu'elle ne le maîtrise. Un poignard armé pour être lancé et atterrir dans le crâne de la sauvage, un arc bandé dans mon dos près à lui en placer une entre les deux yeux. Serenity s'était dérobée à sa vue. À notre vue à tous. Sans détourner le regard de la cible, je remarquai sa présence dans le dos de notre trouble-fête. Un hochement de tête à l'attention d'Emrys et ce dernier se défit de l'étreinte du bout de femme menaçant. Seren se rua sur elle tel un rapace et les deux n'eurent pas besoin de nous pour la mettre au sol.

Serenity la maintenait à terre, sourire au visage à se lécher les babines. « Encore mieux qu'un gibier effrayé », prononça-t-elle avec appétit en reniflant l'odeur de sa prise. D'un claquement de doigts, j'indiquais à Emrys de faire le tour, surveiller les environs et guetter l'arrivée de nouveaux amis avec lesquels jouer. « Pas de précipitation S, elle est peut-être avariée, que fait-elle toute seule dans le coin ? » Demandai-je indirectement à l'inconnue en m'accroupissant pour être à sa hauteur. Je pris son menton avec mes doigts pour la forcer à me montrer pleinement son visage. La scrutant avec méfiance et curiosité, poignard toujours dans mon autre main, paré à toute éventualité.
@"Adowin Catz"

_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.


Dernière édition par Vanka le Mer 27 Juin - 9:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: aa. (16/03/2481) De la viande fraîche pour le dîner ▬ Adowin & Wolfrem   Lun 4 Juin - 12:39

De la viande fraîche
pour le dîner
Un sourire pernicieux se dessina sur mes lèvres. L'inconscience de la jeunesse. C'est à se demander comment certains impertinents parvenaient à rester en vie à 'agir de la sorte. Les têtes brûlées trop téméraires incapables de comprendre que la peur éveiller un instinct de survie bien plus efficace que l'audace. Les héros, comme on aimait à les appeler. Bien sûr, ça avait une connotation négative à la limite du risible. Mais la flatterie attendrissait la viande de nos chers petits vagabonds. "S ne lâche pas ses friandises si facilement, désolée princesse des bois. Je suis sûr que notre amie n'a rien à craindre où elle est tant que tu es avec nous alors c'est plutôt toi qui nous serviras de repas pour ce soir. On s'occupera de notre éclaireuse plus tard." Un clin d'oeil amusé pour la brunette au regard noir peu crédible et je me levai. Les autres prirent soin de la manier avec assurance, la dépouillant de ses effets et lui liant les mains.

Sans me retourner, je commençai à marcher en direction d'une petite planque qui nous servirait de camp. La princesse de bois attachée au tronc d'un arbre - peut-être un peu trop serrée d'ailleurs - était légèrement en retrait. De quelques discussions légères et des réclamations de S à vouloir se mettre quelque chose sous la dent, j'en vins à prendre une outre et m'approcher de notre captive. Si la faim me tiraillait autant que les autres, je n'étais pas encore au point de la voir comme un repas. Parfois, c'est inévitable : manger ou être manger. Ce n'était pas naturel de manger les siens, certes, mais la fin justifie les moyens. De sombres souvenirs n'avaient de cesse de remonter à la surface dès lors que cet extrême se devait d'être franchi. Je détestais ça. Mais nous n'avions pas le choix. Notre réputation était tissée de bien des mensonges, de quelques impressions et interprétation. Nous n'étions pas des cannibales notoires. Et même si pour Seren ça n'avait aucune importance, tant qu'il y a de la viande, c'est bon, il était rare qu'elle doive réellement découper le gras d'êtres humains pour les faire griller. Mais les temps étaient durs, ce qui n'excluait pas le fait que pour une fois, nous serions à la hauteur de ces racontars que le vent fait circuler à propos des vautours.

Je m'avançai d'un pas nonchalant avant de me mettre à hauteur de notre prisonnière ligotée à l'arbre. J'ouvris l'outre et la lui posai dans la bouche pour qu'elle boive. Silencieux, je l'observais sans ignorer les regards interrogateurs que devaient m'adresser les autres dans mon dos. Ils s'attendaient à la tuer, pas à l'hydrater et encore moins la nourrir. Une faible considération pour les rôdeurs et encore plus ceux qui menacent notre groupe. Ils ne comprenaient pas l'intérêt qu'il pouvait y avoir à créer des liens. La confiance n'existe plus dans ce monde depuis trop longtemps alors à quoi bon ?
@"Adowin Catz"

_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: aa. (16/03/2481) De la viande fraîche pour le dîner ▬ Adowin & Wolfrem   Ven 8 Juin - 16:25

De la viande fraîche
pour le dîner
Cette proie pouvait s'imaginer avoir un levier sur nous, sur moi, mais je ne la voyais pas apte à représenter la moindre menace pour le clan. Une menace pour elle-même ça par contre, c'était indéniablement vrai. Rôder autour d'un groupe alors qu'elle est seule. Certes, équipée, mais seule. Dehors, le nombre était une force qui prévalait sur la témérité et les compétences personnelles. J'en avais assez fait les frais pour l'avoir compris. Ceux qui restent seuls ne font jamais de vieux os. Logique. Même avec nos armes, nous ne nous attaquions pas à plus fort que nous. Loin d'être suicidaires. Il fallait la jouer plus fine qu'il n'y paraissait. Et cette fille était visiblement loin de briller par sa finesse. Son audace était digne du plus grand divertissement. Elle déplora ne pas être apte à nourrir un groupe comme le nôtre. Mais les temps étaient durs, l'ignorait-elle ? Une seule brindille pouvait ravir des papilles. Ses petits 50 kilos restaient un festin.

L'intérêt de chacun amenait l'intérêt du clan. Survivre ne se faisait guère seul mais seul, on refusait d'être un poids pour le groupe tout entier. Les sentiments n'avaient que peu de place dans notre communauté. Une alliance pour un but commun : survivre. Nous nous différencions des groupes qui s'étiolaient et se consumaient par ce simple fait : le commun avant le personnel. Un moyen de ne pas se jeter dans la gueule du loup et risquer de tout perdre. Se permettre de négliger un pion plutôt que de perdre l'ensemble. Une cause loin d'être noble qui restait défendue par chaque individualité dans le but d'avoir sa chance de rester en vie. Je ne me faisais pas plus souci pour l'éclaireuse que je m'en faisais pour le camp et le clan en général. En vérité, il n'avait qu'une personne pour qui je pourrais négliger les fondements des Vultures... à mon grand damne.

Apportant de l'eau, je ne m'attendais pas à converser avec notre prisonnière. Mais elle semblait loquace. Bien des personnes devenaient loquaces lorsqu'elles se sentaient menacées. Comme un mécanisme de défense : vouloir instaurer le dialogue pour avoir une chance de s'en sortir. Ce qui donnait des situations parfois amusantes, parfois exaspérantes. Ceux qui nous exaspéraient gardaient rarement leur langue plus d'une nuit. Un casse-croûte que Serenity apprécierait grandement car celle de notre invité paraissait bien pendue.

Si elle se montrait farouche, la prétentieuse finit par accepter l'eau que je lui donnais. Restant silencieux, une fois qu'elle eut bu, je refermai l'outre et reportai mon regard sur elle. D'un air grave, elle me demanda ce que je voulais. À titre personnel, retrouver l'éclaireuse. Mais à l'échelle du groupe : qu'elle la ferme pour ne pas aggraver son cas. J'expirai un soupir en détaillant sa silhouette. Si elle n'avait rien d'intéressant à proposer côté physique à mes yeux, je pouvais lui trouver une certaine utilité pour d'autres de mes comparses... mais lui causer du tord n'était pas vraiment dans mes intentions. « Que tu la fermes. » Me redressant, je la regardai une dernière fois avant de m'en retourner vers le groupe.

Des interrogations, des propositions. Pour Emrys, elle avait déjà tué l'éclaireuse, on n'avais rien à obtenir d'elle, autant la tuer sur le champ. Serenity appuya ses dires en décrivant une recette intrigante qui n'éveillait pas du tout mon appétit... « Elle est bien trop propre sur elle pour avoir passé sa vie dehors. Pas assez futée pour venir de Reiver et en même temps trop audacieuse pour sortir du dôme. » Mes réflexions à voix haute captèrent l'attention de mes pairs. Si nous étions trop éloignés de la prisonnière pour qu'elle nous entende, elle devait se douter que nous étions entrain de statuer sur son cas vu les regards peu discrets que les autres lui adressaient. « Tu veux en faire quoi ? » Se préoccupa l'un des vautours. « Elle peut nous être utile. » Serenity expira un rire ironique et offusqué avant de se lever et d'aller s'étendre en retrait. Elle s'en doutait : je n'allais pas accepter qu'ils la tuent. Si elle venait de Steros ou d'un autre grand campement de survivants, elle devait alors avoir un savoir qui pourrait être utile au camp que nous protégions. Qui pourrait être utile à notre clan tout simplement. Il valait mieux avoir des alliés que des tombes. Même si avoir un allié sous-entendait qu'il était possible que celui-ci nous trahisse. Avec Reiver, j'avais réconcilié le clan avec les alliances. Pour l'heure, ça nous réussissait. Pourquoi est-ce que ça ne pouvait pas marcher avec les électrons libres qui vagabondaient ci et là ?

La nuit tomba, les heures défilèrent. Les tours de garde s'enchaînèrent jusqu'à ce que vienne le mien. L'aube n'allait pas tarder à pointer le bout de son nez. Je vins marcher jusqu'à la prisonnière, visage neutre et lèvres closent. L'observant de ma hauteur tout en m'adossant à un arbre juxtaposé au sien.
@"Adowin Catz"

_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: aa. (16/03/2481) De la viande fraîche pour le dîner ▬ Adowin & Wolfrem   Sam 14 Juil - 11:53

De la viande fraîche
pour le dîner
Un léger sourire à l'idée de son frêle sommeil troublé. Son silence était aussi reposant que le bruit d'une faible pluie ruisselant au travers des roches et des feuilles lourdes de l'humidité ambiante. Mais je le brisai sans gène. « On ne donne pas cher de ta vie, là-bas », dis-je avec un hochement de tête vers le camp endormi. Un bref instant de silence où je vins me placer face à elle, m'accroupissant pour être à sa hauteur. « Que cherchais-tu en la faisant captive ? C'est une pratique assez peu courante que de faire prisonniers de parfaits inconnus qui vagabondent. À moins que notre réputation ne nous précède, mais je crois plutôt que tu n'es qu'une simple opportuniste trop téméraire pour son propre bien. La fougue de la jeunesse où l'on se croît capable de faire se déplacer les montagnes », lançai-je sur un ton amusé. Car oui, ce manque de considération de la vie, chez une personne cherchant pourtant à survivre, c'était risible. On ne s'accroche pas à la vie un jour pour ne plus rien en avoir à faire le lendemain.

Mais qu'en savais-je, après tout ? Peut-être qu'elle était trop lâche pour en finir elle-même, ce qui la forçait à prendre des décisions aussi inconsidérées et des risques aussi grands. Ce genre de personnes n'avait d'intérêt que pour la chair à canon qu'ils représentaient. Il y en avait quelques uns, des comme ça, au camp que nous protégions. Il fallait avouer que c'était pratique lorsqu'on manquait d'éclaireurs. De l'insouciance consciente ou de la naïveté ? À vrai dire, je ne me posais pas leur question. Si ce n'était que de l'inconscience, alors on pouvait dire qu'il s'agissait là d'une sélection naturelle. Je n'aimais pas perdre mon temps avec les simplets pour qui la vie était rose malgré l'odeur de merde qui nous prenait le museau.
@"Adowin Catz"

_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar

Points : 1150
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: aa. (16/03/2481) De la viande fraîche pour le dîner ▬ Adowin & Wolfrem   Dim 16 Sep - 16:03

De la viande fraîche
pour le dîner
Enlever une personne, s'en encombrer pour espérer que quelqu'un vienne la réclamer, ça dénotait d'un réel manque d'organisation. Ce n'était peut-être pas une prédatrice née. Une fille qui n'avait pas reçu les leçons qui guettent chaque survivant. Les vagabonds, nous avions pour habitude de les mettre hors d'état de nuire et de prendre tout ce qui leur appartenait. On en suivait certains qui avaient l'air en bonne santé jusqu'à ce qu'ils nous mènent inconsciemment vers leur cache et là c'était royal. Rares étaient les fois où nous laissions nos proies en vie. Et même si dans notre code il aurait fallu considérer notre éclaireuse comme déjà morte, je m'opposais à l'idée de régler le compte de cette fille.

La prisonnière jouait l'effrontée, m'étirant un large sourire tant c'était prévisible et risible. « Et que crois-tu être pour ainsi te penser supérieure à notre bande de chacals ? Je me fous de tes états d'âme et de la façon dont tu peux me juger. Essaye de faire un tant soit peu preuve d'intelligence et tu pourras sortir d'ici en vie », décrivis-je sur un ton calme alors que mon sourire s'effaçait peu à peu. « Dis-moi ce que tu es, et si je peux y trouver mon compte, tu n'auras qu'à nous mener à notre amie et on te laissera partir en vie en échange d'un service prochain. Tente de nous rouler une seule fois, ne serait-ce qu'en intention, et je me ferais le plaisir de t'énucléer les yeux moi-même. » Au moins, cela corrigeait le ton. Si pour les autres je restais bien trop clément à ne pas l'avoir déjà étripée, cette fille comprendrait que la prochaine fois, je n'y manquerait pas. Et à moins qu'elle ne parte loin, loin, très loin par-delà les montagnes - et encore - viendrait bien assez tôt le jour où nos routes se recroiseraient. Une rencontre qui la ferait nous supplier de l'achever.
@"Adowin Catz"

_________________
Danse avec moi, poupée de crinoline. Deviens ma proie, libertine. Vierge aux abois, vas et viens, défais-moi donc ce lit a baldaquin qu'en 2 temps 3 mouvements l'on badine. Sonnez l'hallali sonnez ma mise à mort. Sonnez l'hallali sonnez ma mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: aa. (16/03/2481) De la viande fraîche pour le dîner ▬ Adowin & Wolfrem   

Revenir en haut Aller en bas
 
aa. (16/03/2481) De la viande fraîche pour le dîner ▬ Adowin & Wolfrem
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Polpettone viande, mozarella, jambon de Parme
» Plugins Firefox pour sécuriser votre navigateur.
» Comboost : un diaporama hébergé en ligne
» Quelle partie de votre cerveau utilisez-vous ?
» j ai des souci , je debute depuis ce jour avec linux fedora

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saom AD :: RP :: Wolfrem-
Sauter vers: