Saom AD


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ag. The return of the mistress ᚬ Maison Stuart

Aller en bas 
AuteurMessage
Vanka
Admin
avatar


Points : 1360
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: ag. The return of the mistress ᚬ Maison Stuart   Jeu 29 Nov - 15:09

The return of
the mistress


La peur, la faim, la soif... Je luttais à chaque instant contre des démons qui devenaient de plus en plus familiers. À m'en faire faire des cauchemars de plus en plus terrifiants. Et si l'esclave parlait ? S'il racontait à tous ce que je lui avais fait ? Une brèche que je n'étais pas parvenue à refermer en le tuant. Car malgré ce qu'ils essayaient de me faire croire, je n'étais pas l'une des leurs. Je n'étais pas un monstre sanguinaire.

Et la raison s'en retrouvait torturée. À me poser des questions. Mais avec les jours, c'était devenu rassurant ; ce questionnement perpétuel. Je m'y raccrochais en me disant que grâce à ça, je ne perdrais pas la tête. Je ne deviendrais pas une abomination comme ces vampires E qui avaient ravagé le château il y a de ça deux bons mois.

Une excuse. Une force d'auto-suggestion.

Aucun dhampire n'était à l'abri de cette force qui sommeillait en eux. Qu'ils s'acceptent ou non, il y aurait toujours cette dualité qui me faisait comprendre pourquoi nous étions des pestiférés. Et cela rendait de plus en plus difficile de croire que Jesper s'était accroché à moi juste par curiosité. J'étais un danger. Il l'avait bien vu. Il en avait tant joué. Peut-être recherchait-il ce risque. Comme une manière de pimenter sa vie morne et bien trop longue pour ne pas finir par s'ennuyer. Une distraction.

Après tout ce que j'avais pu voir au château, j'arrivais quand même à me dire que je n'étais pas si mal tombée. Qu'à être prisonnière de cette cité, au moins mon maître vivait en dehors de cette mascarade et m'accordait un confort que je savais non acquis pour bien des esclaves... Cette chambre me manquait. Tout comme les craquements du plancher et les notes qui s'envolent. Toutes ces fois où j'en venais à oublier ce que j'avais pu être auparavant. Avant Heartkiller. Et je me surprenais à aimer cette nouvelle vie : à me dire que bien des contraintes ne me concerneraient plus jamais. Résignée à accepter ma situation. Le principal défaut de cette vie était alors ma condition : esclave. Et cette profonde aversion pour l'injustice de ma nature.

Ce n'est pas Helena en personne qui vint me chercher. Mais son laquais. Je le suivis sans dire un mot. Pour éviter de faire un meurtre gratuit, j'avais pris la résolution de ne plus percevoir Gustave que comme un robot dénué de conscience. Et ça marchait.

Arrivée dans le hall, mes pas ralentissent et mon cœur se serre. Inexplicablement, j'étais soulagée de le voir. Jesper. Il était là, face à moi, et son regard suffit à me faire comprendre que sa dette était payée. Que nous allions rentrer à la maison. Lèvres légèrement tremblantes, je vins à baisser les yeux et les mordre pour éviter qu'il ne le remarque. Le vampire glissa sa cape sur mes épaules avant de m'inviter à quitter cet endroit infernal. Sa main appuyant mon bras pour me guider vers la sortie et venant s'échouer jusqu'à mes doigts qu'il vint enlacer. Je n'opposai aucune résistance ni ne prononçai le moindre mot. J'étais consciente que c'était absurde et malsain, mais l'idée de retrouver cette demeure et ses habitants me rendait heureuse... un côté masochiste sans doute, au vu de toutes les sautes d'humeur et jeux terribles que seul l'esprit de Jesper savait inventer. Mais au moins se redessinerait un environnement connu avec des personnes tristement familières.

Tout au long du chemin, je gardai le silence. Évitai de croiser son regard, même du coin de l'œil. Mais en gardant ma main lovée dans la sienne. Ses doigts me serraient comme s'il craignait que je vienne à m'enfuir ou que l'on m'arrache à lui. Ce qui me semblait idiot : c'était lui qui m'avait envoyée là-bas... une punition qui, visiblement, s'était révélée ne pas uniquement m'être destinée. Avait-il cherché à se prouver quelque chose ? Je ne sais arrêter le flot de mes pensées jusqu'à la maison.

Passé la porte d'entrée, la musique vient accueillir mon retour. D'abord appréciant les notes de Tchaïkovsky, j'en vins à regarder Jesper d'un air suspicieux. Je n'étais pas sans savoir qu'il détestait que l'on touche à son piano. Sans qu'il ne m'ait jamais réellement dit pourquoi. Lestés de nos manteaux, il me demanda de le suivre. Ce que je fis en lui emboîtant le pas.

Derrière la porte se dessinèrent deux silhouettes. Une femme et un homme. Ils ne me disaient rien et un frisson d'appréhension m'envahit. Entrouvrant les lèvres, je voulus prendre congé sans y parvenir. Jesper sembla se décomposer et alors je craignis d'avoir compris qui était cette femme. Au moins un sur deux. Sa femme. Ezelve m'avait dit qu'elle reviendrait. Et je l'avais souhaité des milliers de fois, rêvé des centaines de nuits en vain... mais aujourd'hui où ces prières avaient cessées, elle était là. Et une nouvelle fois, je compris que tout s'effondrerait. Que plus rien ne saurait être comme avant. Et je n'avais pas envie... je n'avais plus envie de partir. D'être jetée. Immobile, je restai en dehors du salon, observant uniquement la scène se dérouler sous mes yeux.
@Gomory

_________________
no more timeTo be waiting for
light to come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar


Points : 1360
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: ag. The return of the mistress ᚬ Maison Stuart   Ven 30 Nov - 1:36

Mon esprit m'imposa le souvenir de son départ. Presque un siècle était passé. Un siecle, a oublier sa présence. Oublier sa grace, oublier son regard, sa voix. Oublier pourquoi elle avait été l'amour de ma vie. Pourquoi revenait-elle, pourquoi justement aujourd'hui ? Pourquoi, alors que je retrouvais enfin ma dhampire ?

Le silence. Gomory se leva. Elle se mouvait fluidement, comme si elle avait était faite de voiles éthérés. Je me souvenais qu'elle avait toujours eu cette noblesse dans ses gestes, déjà à notre rencontre. La voir s'approcher de moi me serra le coeur.

Son retour, je l'avais imaginé. Je pensais avoir la force de tenir mes paroles. Je pensais que la voir raviverais la colère. Je pensais pouvoir la forcer a quitter ma maison. Mais maintenant qu'elle était en face de moi, je ne pouvais m'empêcher de penser... Pouvais-je vraiment la chasser de notre maison ? Encore une fois, me priver de sa présence ? Finalement, j'aurais préféré me rendre compte que la colère existait toujours.

La présence de Klehr dans mon dos me sembla presque dérangeante. Finalement, il y avait un peu de colère. Contre moi-même. Etait-ce mal de vouloir retrouver Klehr, et Gomory à la fois ?

Je n'avais pas de réponse, et sa voix se rappela a moi, pour la première fois en quatre-vingt-dix ans.

Elle me pensait ennuyé de la revoir ? Non. Non ce n'était pas ça, pas du tout. J'aurais préféré. Mais j'étais... Perdu. Je me rendais compte que j'avais changé. En mieux ? Cela restait à décider. Mais mon exposition à la dhampire, et son absence de ces derniers mois m'avaient... apaisé. J'osais même penser que j'étais soulagé de la voir, saine et sauve. Pareille à la femme que j'avais poussé à fuir son mariage.

Et enfin, elle parla de l'homme.

"Jesper, je te présente ton fils."

Le temps se figea. S'effaça. Mes yeux se tournèrent immédiatement sur celui qu'elle me présentait comme étant Emerald. Il se leva a son tour. Sa posture droite, ses traits délicats. Il avait plus du Visconti. Mais quelque chose en lui me rappelait mes propres traits. Mon coeur sembla tenter de battre, sans succès. Un fils. J'avais un enfant.

Je savais que tous les deux attendaient une réaction de ma part. Mais rien ne me semblait convenir. Un fils. Comment avait-elle pu garder l'enfant secret tout ce temps ? Comment avait-elle osé me priver de mon sang, de ma chair. Elle qui savait à quelle point avoir une famille était important pour moi. Et malgré l'amertume qui scellait mes lèvres, je ne parvenais pas à lui en vouloir. Elle était partie pour fuir un homme détestable. Comment pouvais-je espérer qu'elle m'autorise à le connaître ? Et je compris alors l'honneur qu'elle était entrain de me faire. Et je me doutais que son retour ne devait pas être de son chef. Le garçon avait dû demander à connaître son père. A... me connaître. Elle aurait été assez forte pour le garder loin de moi à jamais, je n'en doutais pas. Et le savoir me faisait comprendre son attitude si calme alors qu'elle aurait pu craindre un orage de colère... J'avais une épée de Damoclès au dessus de la tête. Au moindre faux pas, je perdais l'enfant. Mon enfant...

Mon souffle ne revenait pas. Battu, je me détournais de cette scène. Klehr se tenait toujours en retrait. Je l'observais, et me surprenais à la voir d'une toute nouvelle manière. Ni comme une esclave. Ni comme une abomination. Ni comme un amour interdit. Seulement pour qui elle était: une femme, qui assistait à la plus étrange réunion de famille. J'étais comme anesthésié.

Je me laissais tomber contre le mur. Je devais répondre, n'est-ce pas ?

" Bonjour, Gomory. " je lâchais d'une voix blanche.

Mes yeux se fermèrent. Quelle image donnais-je a Emerald ? Certainement pas celle que j'aurais voulu que mon fils aie de moi. Mais c'était trop à supporter, beaucoup trop pour moi. Malgré la force que je prétendais avoir, une femme et un enfant me laissaient sans défenses.

Mes yeux cherchèrent mon seul repère inchangé. Klehr. Je la regardais comme si elle avait pu me sauver de tout ça. Et quelque part, j'y trouvais le courage nécessaire pour me redresser. Aujourd'hui, je la retrouvais enfin, alors que je l'avais rêvée près de moi des mois durant. Gomory était partie, et m'avais laissé le temps d'une vie humaine. Je ne pouvais pas la laisser me priver de Klehr. Quant à l'enfant, malgré l'envie de me réjouir, une amertume profonde d'avoir tout raté de ses jeunes années posait une barrière entre nous. Je souffrais autant que j'étais heureux. C'était à n'y plus rien comprendre.

" Excusez moi, tous les deux. " je marquais une pause, et adressais un pauvre sourire à Emerald, pour qu'il comprenne que je ne l'ignorais pas. Puis invitant d'un geste la dhampire à entrer dans la pièce, je prenais à mon tour le chemin des présentations. " Je vous présente Klehr. " J'attrapais sa main, enserrant ses doigts comme pour la rassurer. La protéger. " Klehr, voici ma femme. Gomory Visconti. "

Je serrais les dents. Des mots que je ne devais pas prononcer brûlaient mes lèvres. Mes doigts se resserrèrent sur ceux de Klehr.

" Elle n'est pas une domestique, contrairement à ce que tu penses. "

Je sentis les muscles de la dhampire se tendre. Bien sur, elle ne devait pas comprendre que je dise ça. Elle ne savait pas que je la protégeais en lui donnant une position qu'elle n'aurait peut-être jamais eu sans le retour de Gomory. Une invitée. Ma peur de la perdre monta en flèche à cette pensée. A vouloir la protéger de ma femme, je risquais de la voir disparaitre.

" Cher enfant, je suis honoré de faire ta connaissance. J'espère que tu me pardonneras d'avoir été absent ces dernières années. Tu aurais mérité la présence d'un père. Mais j'ai confiance en Gomory... Ta mère... Je ne doute pas qu'elle aie été une mère exemplaire. "

Ma gorge se serra. Comme j'aurais voulu savoir. Etre là pendant la grossesse. Voir naître mon fils, le voir grandir. J'avais raté tout ça. Je regardais Gomory avec une tendresse non dissimulée. Elle m'avait donné un fils. Comment être en colère ?

_________________
no more timeTo be waiting for
light to come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Vanka
Admin
avatar


Points : 1360
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: Re: ag. The return of the mistress ᚬ Maison Stuart   Ven 7 Déc - 12:01

The return of
the mistress


Sa faculté visuelle n'était pas dépendante des mouvements, j'en avais bien conscience, mais pour éviter d'attirer ne serait-ce qu'une seconde de plus l'attention, je restais figée. Garder mes yeux rivés sur le sol ne marchait pas comme je le voudrais... mon regard ne pouvait s'empêcher de déchiffrer la situation, détailler des traits, des gestes. En retrait, en silence, correspondant à l'image de l'employée de maison. Une place que la vampire semblait évidente. J'ignorais quelle était réellement ma place. Et je crois que Jesper aussi, ignorait la place qu'il voulait m'attribuer. Mais à présent, je pouvais être rassurée sur le fait qu'il ne pourrait chercher à faire de moi son égale. Cette femme était sienne et semblait être le réel chef d'orchestre de cette maison.

Je pouvais me demander pourquoi, qu'avait-elle de spéciale ? Était-ce sa puissance ? Ses actes passés ? Une emprise qu'elle savait exercer sur lui ? Les possibilités étaient immenses, surtout pour un esprit ignorant leur histoire et celle des vampires. Ezelve m'avait confié qu'elle pourrait être une porte de sortie et son dédain me faisait comprendre que ce ne serait pas par altruisme : un regard suffit à me faire savoir que cette vampire n'accepterait pas d'hybride sous son toit. J'allais partir oui, malgré le fait que je ne voulais plus quitter cette maison. Et je ne sortirai peut-être pas en un seul morceau...

Et alors la voix de la vampire continua de se propager, annonçant un lien qui me pinça inexplicablement le cœur : un fils. Celui de Jesper. Cet homme était le vampire né de l'union qu'ils formaient. Je ne me sentais pas à ma place, vraiment pas à ma place. Et le regard du vampire n'arrangea rien. Je le maudis de tourner son attention sur moi qui voulais devenir invisible et me dérober à la première occasion. Mon souffle se mit en suspend jusqu'à ce qu'il vienne se laisser reposer sur le mur juxtaposé. Encore figée, je baissai les yeux, essayant de me rappeler si une fois je m'étais sentie aussi mal à l'aise. Même à Heartkiller la réponse était non.

Sentant ses yeux revenir sur moi, je ne pus m'empêcher de lever les miens vers les siens. Croisant son regard en espérant qu'il m'apporterait la libération à me demander de quitter cette pièce maudite à l'air suffoquant. Mais ses mots en dirent tout le contraire...

Un geste auquel je me vis contrainte d'obéir. Je marchais sur des œufs et Jesper vint prendre ma main en face même de sa femme. Un affront qui allait certainement me retomber sur la tête avant de l'égratigner lui... pourquoi persistait-il à me mettre dans toutes ces situations déplacées et déplaisantes ? Sa main était aussi moite que la mienne... il était déstabilisé, presque autant que moi... Et ce contact, aussi déplacé soit-il, paraissait nous rassurer tous les deux. Mes doigts serrèrent les siens à mesure que les battements de mon cœur s'accéléraient. Une présentation. Sans rang. Une présentation avec l'assurance que je n'étais pas une domestique. Mes yeux se tournent vers ceux de Jesper, incrédules. Qu'est-ce que ça pouvait vouloir dire ? Quelque chose avait changé depuis mon absence, et j'ignorai ce que ça pouvait être. Et si cet inconnu vers lequel il m'entraînait m'aurait effrayée quelques mois auparavant, aujourd'hui je m'en voyais envahir par une vague de chaleur à espérer je ne sais quoi...

Son attention se reporta sur Emerald et la mienne s'évapora vers le sol qu'à cet instant, je bénissais d'exister. Ignorant le regard que Jesper pouvait porter à sa femme, comprenant l'émerveillement naissant de réaliser qu'il était père... si ça ne changeait rien à mon malaise face à la situation, je me surprenais à être contente pour Jesper. Il retrouvait sa famille, des êtres que, par nature, il devait être conditionné à aimer et respecter. De quoi le rendre plus humain. À avoir été privée de famille, je ne pouvais, au fond, n'être qu'heureuse de voir des êtres si chers se retrouver, se donner une deuxième chance. Bien que ce soit terni par le sentiment que ce serait à mon détriment. « Permettez-moi de prendre congé », demandai-je à Jesper d'une voix basse dans un sourire plus que timide.
@Gomory

_________________
no more timeTo be waiting for
light to come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ag. The return of the mistress ᚬ Maison Stuart   

Revenir en haut Aller en bas
 
ag. The return of the mistress ᚬ Maison Stuart
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour maison
» rendu intérieur maison
» La Maison de la Nuit-->Ecole de Vampires, intrigue et meurtres...
» Retour maison
» Comment parfumer sa maison?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saom AD :: RP :: Klehr 75705b-
Sauter vers: