test
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [terminé] Nenia - In hell i'll be in good company

Aller en bas 
AuteurMessage
Ambre

avatar

Points : 180
Crédits : design by swan

MessageSujet: [terminé] Nenia - In hell i'll be in good company   Sam 31 Mar - 21:13

IN HELL, I'LL BE IN GOOD COMPANY

Magda  & Nenia

05/02/2481

Le visage impassible de Magda avait de quoi agacer les plus impatients. Elle, fille de bonne famille, se faisait arracher ses parents et sa place à Helion, elle était envoyé à Reiver pour ne pas les avoir dénoncer. Mais rien ne transparaissait, pas d'inquiétude ni de culpabilité, pas de tristesse. Rien. Elle n'avait dit mot du trajet et avait à peine répondu lorsqu'on lui adressait la parole. La jeune femme ne s'était plaint ni du froid, ni de la faim, ni de la fatigue engendrée par la marche qui menait à Reiver. Elle n'avait pas même sourcilié une seule fois alors qu'elle quittait le dôme pour la première fois. Ceux qui l'observaient en restaient perplexes, parfois, elle tournait son regard vers eux, dévoilant de grands yeux verts sans l'ombre d'un sentiment. Ils étaient terriblement froids et vides. C'était à se demander si la jeune femme n'était autre qu'une poupée animée. Malgré son apparence interdite, quelque chose grandissait en Magdalena. Une boule s'était formée au creux de son estomac, une autre dans sa gorge, elle doutait que sa voix n'en soit pas rauque. De l'appréhension, peut-être, se dit-elle mentalement. Après tout, un grand chamboulement était sur le point de se produire, elle quittait le confort de sa vie au dôme pour devenir milicienne à l'avant-poste. A vrai dire, la jeune femme ne savait pas à quoi s'attendre. Elle observait les environs comme si elle n'y voyait rien.

Lorsque la milice était intervenue chez elle, à Helion pour arrêter ses parents, Magda avait esquissé  un bref sourire. Une étrange joie l'avait emplie à cet instant, l'idée que ses géniteurs soient enfin punis l'avait soulagé d'un poids. En les voyant quitter leur domicile aux mains des forces de l'ordre, elle s'était sentie libérée. Un sacré paradoxe  étant donné qu'elle aussi avait été arrêtée. Mais elle s'en fichait, qu'elle fasse sa vie dans le dôme ou autre part lui était égale. Cela lui permettait de découvrir autre chose. Magdalena avait une insatiable soif de connaissance. Elle ne fit pas vraiment attention au trajet qui la menait vers Reiver, l'extérieur du dôme était comme elle s'y attendait, triste et solitaire. La jeune femme ne s'attarda sur aucun détail, bien que ses yeux balayaient les environs. Ceux qui l'accompagnaient étaient sur le qui-vive, peut-être aurait-ce dû l'inquiéter, mais elle resta interdite durant tout le trajet.

A son arrivée à Reiver, on lui avait indiqué qu'elle garderait ses vêtements originels car ces derniers étaient de couleurs sombres. Un pantalon, un débardeur, une veste trop large pour elle et un bonnet étaient tout ce qu'elle possédait à présent. Mais cela ne la chagrinait pas vraiment, seuls ses livres de cours allaient lui manquer, son travail en tant qu'assistante d'architecte aussi, un peu. Elle aimait se sentir utile et respectée, bien que sa mère n'ait jamais considéré Magda comme une personne digne de son intérêt. Même lorsqu'elle s'évertuait à l'aider du mieux qu'elle le pouvait, même quand ses idées surpassaient celles de sa génitrice, jamais celle-ci ne l'avait félicité, elle se contentait de l'ignorer, la plupart du temps. Elle la traitait comme une banale étrangère inculte, alors qu'elles possédaient le même sang. Cette distance installée dans la famille Cowen faisait qu'à présent Magdalena repoussait tout ceux qui pourtant pouvaient lui vouloir du bien. Et même si elle ne montrait rien, la jeune femme sentait qu'un énorme vide était implanté là où des sentiments plus joyeux auraient du être. Elle se sentait inachevée et inapte à vivre en société. Pourtant, c'était bien ce qu'elle allait devoir faire. On lui expliqua rapidement les interdits et obligations de sa condition à Reiver, l'un de ceux qui donnaient des explications fut tenté de l'appeler Magdalena. Elle ne savait pas exactement qui il était, mais la jeune femme l'avait coupé d'une voix froide "Je m'appelle Magda. ", il avait simplement acquiescé, déconcerté.

C'est ainsi, finalement, qu'elle s'était retrouvée seule dans un long couloir. Elle pouvait à loisir observer les environs et constater la tristesse des lieux. Magda n'était pas attirée par grand chose, mais elle mettait un point d'honneur sur l'esthétisme des choses. De fait, elle avait constaté que sa nouvelle vie allait être vide de beauté. Ses talents d'architecte n'allaient sans doute pas être très utiles à l'avant-poste, elle se doutait qu'on lui demanderait principalement d'utiliser ses mains ce qui était loin d'être sa force. Elle était plutôt maladroite. Sans jamais rien montrer des interrogations qui inondaient son esprit, Magda avait entreprit de rejoindre la chambre qu'on lui avait attribué. Celle-ci ne se trouvait pas bien loin de l'endroit où elle se trouvait, pourtant elle eut une certaine peine à la trouver, se repérer dans les lieux n'était pourtant pas sorcier, mais toutes ces nouveautés semblaient altérer son esprit débrouillard. Finalement postée devant la porte, la jeune femme resta interdite un instant, confrontée de nouveau à cette boule au creux de son estomac. Que craignait-elle exactement ? "Qu’est-ce que tu veux ? " avait lancé une voix non loin d'elle.

Magda tourna doucement son visage pour faire face à une jeune femme accompagné d'un homme souriant. La femme n'était pas très aimable, elle en fut quelque peu irritée. "Je ne t'ai rien demandé, à ce que je sache", lâcha-t-elle simplement, sans animosité. Elle jeta de nouveau un regard à la porte puis au couple dans le couloir "On m'a dit que je devais poser mes affaires ici, cela pose un problème ?" . Le dos droit, le regard froid, Magdalena s'interdisait de perdre la face malgré son appréhension grandissante. Elle serra fort ses petits poings, empêchant ainsi ses mains de trembler. On lui avait toujours inculqué de ne jamais montrer ses émotions, ce qu'elle s'évertuait à faire à cet instant. Elle scruta intesément le visage de la jeune femme qui lui avait adressé la parole, celui-ci lui était d'une étrange façon familier. Elle possédait des traits fins, délicats et harmonieux. Une pointe de jalousie vint s'ajouter à la multitude d'émotions camouflées qui habitaient Magdalena.


Réservé.  @"Nenia Wald"


Dernière édition par Ambre le Mar 19 Juin - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre

avatar

Points : 180
Crédits : design by swan

MessageSujet: Re: [terminé] Nenia - In hell i'll be in good company   Dim 1 Avr - 21:41

IN HELL, I'LL BE IN GOOD COMPANY

Magda  & Nenia

05/02/2481

Magdalena n'avait pas la moindre idée de qui pouvait être ces deux personnes jusqu'à ce que la jeune femme déclare, à l'adresse de l'autre « C’est quoi ce bordel !? Tu vois avec tes conneries Polo, on va se retrouver à trois. La prochaine ferme ta putain de gueule et tu garderas ta chambre » La jeune recrue comprit alors que la chambre dans laquelle on lui avait indiqué de poser ses affaires allait être partagée avec ces deux jeunes gens. Elle ne dit rien mais n'en pensait pas moins, l'idée de vivre en colocation ne l'enchantait guère, de plus, il lui semblait avoir constaté que Reiver possédait de nombreux blocs, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi elle devait partager un logement. La jeune femme s'avança vers elle, toujours armée par un élégant sourire, presque amer et lui ouvrit la porte, l'invitant d'un geste de la main à y entrer, ce que Magda fit sans se faire prier. Elle eut le loisir de contempler l'endroit pendant que, derrière elle, la recrue entendait l'homme et la femme se chamailler. « Hors de question de te jeter sur de la viande fraîche ! Tu lui laisses ton lit pour les prochains jours ? » entendit-elle alors que la jeune femme avait quelque peu élevé la voix. Magda devait-elle se sentir visée par le terme "viande fraîche"?

Elle détourna son attention pour observer le petit logement qu'elle allait, visiblement, partager avec deux personnes. L'endroit était petit, il n'y a avait pas la moindre fenêtre et aucune décoration, aucun objet personnel, la sobriété à l'état pure. L'assistante d'architecte n'avait rien contre les murs vides, cependant, l'ambiance qui régnait en ce lieu était austère, voir inquiétante, rien n'était fait pour mettre à l'aise. Un table en fer orné d'une chaise, un lit, un casier, une seconde porte. La jeune femme resta bouche bée face à la neutralité que dégageait la pièce. Sa nouvelle compagne de chambre la rejoignit finalement, l'homme était parti sans adresser un mot à la nouvelle recrue, mais elle ne s'en irrita pas, elle-même n'était pas très bavarde avec les inconnus. Pas plus avec ceux qu'elle connaissait d'ailleurs. « Je te fais faire le tour, chaton. » déclara la jeune femme en lui indiquant ce que Magda venait d'analyser visuellement, celle-ci ne releva pas le surnom que lui avait attribué la propriétaire des lieux mais se surpris à apprécier ce nom. « Là c’est la pièce à vivre que j’utilise comme chambre et là c’est la chambre où Polo dort le temps des réparations. Tu dormiras ici et je m’arrangerais avec lui pour qu’il déplace ses affaires. Tu finiras par avoir ton espace mais ce n’est pas pour tout de suite. » «Polo... la recrue jeta un œil à la porte, là où se tenait, l'instant d'avant, le dit Polo, il ne reste pas? Je ne veux pas le déloger, si cela pose problème, j'irai demander à avoir d'autres quartiers.  » Elle suivit la jeune femme dans la chambre d'habitait jusqu'alors Polo, l'endroit était petit et sombre, simplement constitué d'un matelas au sol et des affaires du jeune homme, la recrue tenta de ne pas avoir l'air amusée en voyant la sa camarade pousser d'un coup de pied les affaires de Polo.

« Voilà mon humble demeure... Les douches sont à l’extérieur, au fond à gauche. Faudra t’habituer à te laver avec les autres miliciens mais on s’y fait.  » Magda haussa vaguement un sourcil « Avec les autres miliciennes tu veux dire, n'est-ce pas?    » Elle sentit ses propres joues rougir tandis qu'elle imaginait ce que pouvaient donner des douches mixtes. Magdalena ne faisait pas de différence entre homme et femme, elle savait apprécier la beauté de chacun des sexes, cependant, l'idée de perdre sa pudeur au sein de douche où l'on pourrait l'observer à loisir la déconcertait. L'idée n'était pas vraiment attirante. La jeune femme laissa quelques instants Magda seule dans la chambre, lui permettant ainsi d'analyser avec plus de certitudes les lieux. Définitivement, l'endroit manquait de fenêtres et d'éclairage, mais peut-être arriverait-elle à trouver quelque chose pour égayer l'endroit.

Quand Magda eut rejoint sa camarade dans l'autre pièce, celle-ci était appuyé contre la table et la couvrait d'un regard interrogateur et perçant. Ces prunelles posées sur elle donnait à Magda l'impression que la jeune femme était capable de lire en elle, de percer ses abcès et ses plus profonds secrets. La recrue senti un frisson lui effleuré l'échine alors qu'elle plantait à son tour son regard sur l'autre femme. Elle avait une trentaine d'années, son visage était assez lisse et ses traits étaient fins, joliment dessiné. La posture de celle-ci était droite, malgré une raideur dans la jambe. « Alors, heureuse de te retrouver à Reiver ? » demanda-t-elle soudain. Magdalena haussa nonchalamment les épaules en parcourant la pièce de son regard vide. « Pas particulièrement. Mais je n'en suis pas malheureuse non plus. Helion ou ici, peu m'importe tant que je peux me rendre utile.  » Elle jeta de nouveau un oeil à sa colocataire, remarquant finalement que les présentations n'avaient pas été faites. Elle s'apprêtait à ouvrir ses lèvres que l'autre l'interrompit.« Le mess va bientôt ouvrir, t’as faim ? » « Le mess ?  » répéta Magda, quelque peu déboussolée. Puis elle secoua doucement son visage. « J'ai marché toute la journée, une douche me ferait le plus grand bien. Je m'appelle Magda Cowen, d'ailleurs. Enchantée de faire ta connaissance...  »



Réservé.  @"Nenia Wald"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre

avatar

Points : 180
Crédits : design by swan

MessageSujet: Re: [terminé] Nenia - In hell i'll be in good company   Lun 2 Avr - 23:39

IN HELL, I'LL BE IN GOOD COMPANY

Magda  & Nenia

05/02/2481

« Nan, il profite du bordel ambiant pour aller dormir ailleurs. Il reviendra dormir demain soir, sauf s'il a trouvé une nouvelle cible. T'inquiètes pas pour lui, tu apprécieras bien plus sa présence après ton premier jour d'entraînement. » avait déclaré la jeune femme alors que Magda lui expliquait ne pas vouloir déloger Polo. Elle ne connaissait pas l'homme en question, ne l'avait qu'aperçu et même si l'empathie n'était une de ses qualités, la recrue n'était pas non plus sans cœur et pouvait comprendre qu'on n'apprécie guère d'être jeté hors de chez soi. Elle ne comprit cependant pas pourquoi la présence de l'homme en question serait d'un certain réconfort après son premier jour d'entraînement, mais se retint de poser plus de question, il lui semblait que sa camarade de chambre n'était pas particulièrement heureuse d'avoir une colocataire, ce qui, de fait, pouvoir aussi se comprendre. Elles quittèrent la chambre de Polo et se rendirent là où dormait la jeune femme, celle-ci répondit à une autre question de la part de la recrue qui se sentait indiscrète et idiote à force de questionner à ce point la jeune femme. « Les douches sont mixtes à Reiver. Y'a que les officiers qui ont le droit à leur douche perso. Dans quelques mois, t'auras mis ta pudeur au placard, crois moi. Le conseil que je peux te donner: attends que les miliciens aillent manger, tu seras un peu plus tranquille. Y'aura toujours moins de monde.

Magda acquiesça sagement, elle prit note de cette idée et c'est d'ailleurs au moment du repas des miliciens qu'elle décida d'aller prendre sa douche. Sa colocataire s'était présentée sous le nom de Nenia Wald, elle ne semblait toujours pas enchantée par la présence de Magda, mais celle-ci ferait en sorte de ne pas gêner du mieux qu'elle le pourrait. Elle nota aussi que le réfectoire était mentionné comme étant le "mess" en ces lieux, ce terme lui était étranger mais elle devait s'y accommoder. « Les douches sont pas très chaudes par contre. On a pas encore les moyens de réparer les machines pour que tout le monde puisse avoir de l'eau chaude. Je vais t'attendre là et je te montre le mess après. Hurle si jamais t'as des ennuis. » « Les douches froides,  entama Magda, au moins, ça ne changera pas trop de chez moi.  » elle ponctua sa phrase avec un léger sourire qui se voulait amical, mais n'était pas certaine que cette expression ne se soit pas transformée en grimace sur son étrange visage.

Prenant une serviette et des changes, Magda s'enfonça dans le couloir pour rejoindre l'endroit indiqué par Nenia, elle avait laissé la porte de leur quartiers entre ouverte, comme le lui avait suggéré la belle brune. Il n'y avait quasiment personne, elle se jura de se dépêcher, sa colocataire avait sans doute faim, les autres étaient déjà partis manger. Elle observa un instant les douches, il n'y avait aucune paroi entre les différents compartiments, des pommeaux étaient accrochés aux mûrs carrelés, plusieurs rideaux pouvaient être tirés afin de camoufler les miliciens nus, mais lorsque l'un d'eux entreraient à son tour dans les compartiment pour faire sa toilette, ils se trouveraient à la vu de tous. Magda frissonna, elle n'avait pas particulièrement envie de s'exhiber aux yeux de tous, pas plus que de voir les hommes et femmes mutilés se laver. Elle appréciait la beauté féminine et masculine, mais avait des critères strictes. Prenant son courage à deux main, elle retira ses vêtements et les laissa en évidence, la serviette par dessus, sur un banc non loin du compartiment qu'elle avait choisi. L'eau, comme l'avait annoncé Nenia, était tout juste tiède. Mais cela ne lui fit rien, Magda n'était pas habituée aux douches chaudes, celles-ci étaient réservées à ses parents. Elle se surprit à leur adresser ses pensées un instant, elle possédait à présent plus de choses qu'eux. Peut-être étaient-ils déjà morts.

La jeune recrue haussa les épaules, faisant ainsi ruisseler l'eau sur son dos et ses courbes faiblement dessinées. Son corps n'était pas particulièrement féminin, mais suffisamment pour identifier son genre. Elle frotta énergiquement contre elle, un savon qu'elle avait trouvé là, Magda se surprit à apprécier le silence et l'apaisement qu'elle tirait de ce moment. Mais rapidement, des bruits de pas se firent entendre, quelqu'un d'autre avait suivi le conseil de Nenia. Elle pria malgré elle pour que la personne soit une femme, mais il n'en fut rien. Un homme s'engagea non loin d'elle, posant un regard impudique et amusé sur la recrue. « Tiens, t'es nouvelle toi. » constata-t-il en détaillant minutieusement la jeune femme. Elle détourna les yeux et se tourna, se plaçant dos à lui, préférant lui présenter son séant que le reste de son corps. « Il y a des endroits plus appropriés pour discuter.    » Elle se passa la tête sous l'eau ce qui eut l'effet de plaquer ses cheveux bouclés sur son front, son visage et sa nuque. D'un geste de la main, elle dégagea ses yeux et frotta ses boucles. « J'trouve ça plutôt sympa comme endroit pourtant. » L'homme s'était rapproché, il n'était qu'à quelques pas de Magda. Elle l'entendit franchir l'espace qui restait entre eux. Contrarié visiblement que la nouvelle recrue l'ignore, il tendit la main vers son épaule « Tu m'prêtes ton savon?  ». Secouant énergiquement son visage, la jeune femme recula de nouveau, elle n'était même plus sous le jet d'eau et un frisson lui parcouru l'échine.

Cependant, l'homme ne semblait pas décidé à la laisser en paix, il avança de nouveau, se plaçant tout près de Magda. Trop près. Il posa un main forte sur l'épaule frêle de la jeune femme. « Ne...  » "Ne me touche pas" voulait-elle dire. Pourtant, en sentant la main s'élancer sur son bras, lui carresser la peau de ses doigts crasseux, un seul son parvint à sortir de sa bouche.  « Nenia !  » cria-t-elle une première fois. L'homme en fut stupéfait. Magda recula de nouveau et glissa sur le carrelage humide, son séant frappa violement le sol mais elle ne se plaint pas. « NENIA !  » reprit-elle, plus fort encore. L'homme la regardait, déboussolé. « Hé, arrête de gueuler, j't'ai rien fait! » commenta-t-il. La jeune femme avait les larmes aux yeux, son corps était secoué de tremblement, dus au froid, ainsi qu'à la peur, elle tenta un instant de couvrir se poitrine de ses mains avant de serrer les poings et de se redresser. Elle sortit de la douche en courant. Une fois près du banc sur lequel elle avait posé sa serviette, Magda enfila celle-ci autour de son corps, il lui restait du savon sur les bras et ses cheveux étaient encore plein de mousse. L'homme l'avait suivit du regard, sortant son buste de derrière le rideau, il l'observait paisiblement trembler comme un être vulnérable. La jeune milicienne ne supportait pas cette impression de faiblesse, mais elle ne savait que faire. Elle priait pour que Nenia sache envoyer paître cet homme.

Réservé.  @"Nenia Wald"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre

avatar

Points : 180
Crédits : design by swan

MessageSujet: Re: [terminé] Nenia - In hell i'll be in good company   Mar 3 Avr - 22:19

IN HELL, I'LL BE IN GOOD COMPANY

Magda  & Nenia

05/02/2481

Nenia, nouvelle colocataire de Magdalena venait de passer la porte des douches, elle avait enfoncé celle-ci avec une certaine force, ce qui laissa la jeune femme d'autant plus perplexe. « Je voulais juste récupérer le savon, Wald » s'était justifié l'homme qui avait, peu avant, fait frissonner de peur la jeune recrue. La milicienne brune parut d'autant plus agacée par la situation, Magda eut un pincement au coeur en se disant qu'elle n'attiserait que la haine de cette jeune femme, malgré ses efforts. « Putain, j’espérais te défoncer la gueule ! Soit un peu plus rapide la prochaine fois ! »Magdalena leva les yeux vers sa colocataire, presque outrée par les propos qu'elle venait de tenir, l'homme quand à lui se laissa aller à un élan de rire. Rien ne semblait le perturber, il n'avait pas l'air coupable. Peut-être voulait-il vraiment le savon, commenta mentalement Magda . Elle refusait de paraître faible devant qui que ce soit, mais elle s'était laissée emporter par la peur. Tout était revenu d'un coup, la main posée sur son épaule alors qu'elle n'y était pas invité n'avait fait que déclencher une alerte mentale: Magda devait fuir pour son bien, pour sauver sa peau. Il aurait sans doute été plus simple, plus sage de prêter son savon, d'ailleurs, celui-ci ne lui appartenait même pas, cependant, cette idée ne lui était pas venue à l'esprit tant elle s'était sentie menacée par le regard intrigué que posait l'homme sur son corps dénudé. Elle garda le silence le temps de leurs échanges, mais écouta attentivement, quelque peu déçue par sa propre attitude, et blessée par les propos de Nenia.

L'autre milicien s’intéressa à Magda, demandant à sa colocataire si elle la connaissait. « Non, ils l’ont installée avec moi le temps des réparations.   » Jeta un nouveau coup d'oeil à la jeune recrue, il entama de nouveau « Pas de bol. » Mais la phrase qui survint par la suite, s'échappant des lèvres de la belle milicienne brune eut pour effet de peiner Magdalena, déjà prostrée sur le banc. Les goûtes d'eau coulaient le long de ses bras, elle frissonnait, sentant le courant d'air lui geler les entrailles. « Tu l’as dit. Tu peux attendre le bizutage la prochaine fois ? Ça fait même pas un jour qu’elle est là. » «  Ça va Wald, je voulais son savon ! »  Cette fois-ci, la jeune recrue s'injuria mentalement, elle ne se serait pas tournée en ridicule si elle avait simplement partagé le savon avec l'homme. Elle prit sa tête entre ses mains et frotta sur ses cheveux, se rendant alors compte que ceux-la étaient encore pleins de mousse. Pendant ce temps, l'autre milicien avait reprit sa toilette et Nenia s'approcha de la jeune femme.  « Ca va? » s'enquit-elle tout en essayant de croiser le regard de Magda.

Celle-ci redressa les épaules et le menton, elle observait Nenia avait une mine de chien battue, entre ses dernières frayeurs et la peine que la jeune femme lui avait infligé, elle ne savait plus vraiment où se mettre. « Mieux. Merci d'être venue, je ne t'embêterai plus.  » coupa-t-elle, plus sèchement qu'elle ne l'aurait voulu. « Va finir de te laver, tu as encore plein de savon sur toi, je t’attends là et on va aller manger. »  La jeune recrue acquiesça et se leva, allant dans la direction indiquée par Nenia, en effet, l'espace proposé était plus éloigné et moins visible, personne ne viendrait l'embêter. Terminant sa toilette à l'abris des regards, Magda s'enquit de rapidement récupérer ses vêtements et de les enfiler avant de rejoindre sa colocataire qui l'attendait toujours. L'autre milicien était parti, la jeune femme espérait sincèrement ne jamais le recroiser.

Elle avait profiter de l'eau tiède sur son corps pour reprendre un peu ses esprit et calmer les battements saccadés de son coeur qui s'était affolé. Elle était honteuse d'avoir ainsi réagit et espérait que Nenia n'en ferait pas part aux autres. Magda avait enfilé un pantalon qu'on lui avait fourni, surmonté d'un débardeur de couleur sombre, le tout surplombé par la veste qu'elle portait déjà à son arrivée. Faite en espèce de molleton/polaire, celle-ci tombait de façon désinvoltes sur les épaules frêles de Magda et semblait noyer la jeune femme par sa grande taille. Pour cacher ses boucles indisciplinées, elle les avait couvertes d'un bonnet. Elle rejoignit Nenia et la suivit silencieusement jusqu'à s'éloigner définitivement des salles de bains. Une fois certaine qu'elles étaient seules, la jeune femme prit son courage à deux mains et attrapa la manche de sa colocataire. « Ecoutes, entama-t-elle d'une voix plus assurée une fois certaine d'avoir l'attention de Nenia, Je suis désolée de t'avoir fait venir, je l'avoue, j'ai paniqué. J'ai eu peur de ce que cet homme pouvait me faire. Je suis vraiment désolée, cela ne se reproduira pas.    » Une fois ses excuses faites, elle suivit plus énergiquement sa colocataire qui l'emmenait au réfectoire, ignorant les regards curieux qu'avaient posés certains miliciens sur elle.

Arrivée sur ce lieu, la milicienne lui tendit un plateau et l'invita à s'engager derrière elle dans la file, plus loin, elles se serviraient des mets qui n'avaient pas particulièrement l'air savoureux, mais l'estomac de Magda grondait. « Alors c’est quoi ton histoire ? T’étais où à Helion ? »  Jetant un coup d'oeil curieux vers sa colocataire, Magda haussa brièvement les épaules. « Je vivais au niveau 2 avec mes parents. Ma mère était architecte, je bossais avec elle depuis deux ans, mon père était scientifique.  » Elles avancèrent de quelques pas et prirent, chacune leur tour de quoi remplir leurs plateaux. En s'engageant vers la salle dans le but de trouver une table Magda enchaîna :« Ils ont fait du trafic de puce pendant quelques mois, ils se sont fait chopper. Je les ai pas dénoncé, alors j'ai été envoyé à Reiver, eux... Ils ont été exilés. Ils sont sûrement déjà mort à l'heure qu'il est.  »  Elle avait achevé sa phrase sans la moindre émotion dans sa voix, la jeune recrue n'avait pas eut pitié de ses parents, bien au contraire: leur arrestation et punition l'avait emplie d'une joie toute nouvelle. « Et toi, c'est quoi ton histoire?  »


Réservé.  @"Nenia Wald"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre

avatar

Points : 180
Crédits : design by swan

MessageSujet: Re: [terminé] Nenia - In hell i'll be in good company   Mar 10 Avr - 0:03

IN HELL, I'LL BE IN GOOD COMPANY

Magda  & Nenia

05/02/2481
Tout en se laissant guider vers une table peu remplie, Magdalena racontait sa vie, celle d'avant, celle qu'elle avait vécut au dôme. Cela lui faisait quelque peu bizarre d'admettre que cette partie de son existence était terminée. La recrue était encore jeune, elle avait vécu 18 années au sein d'Helion, plus ou moins en sécurité. Bien sûr, il lui était arrivé quelques aventures, mais rien de bien fou, rien d'aussi intense que ce premier jour à Reiver. La marche l'avait sans doute fatiguée, même si elle tentait de ne pas y prêter attention, la fatigue engendrée par le trajet aurait pu expliquer son irritabilité ainsi que ses réactions trop poussées, comme cette histoire de savon dans les douches. Rien qu'au souvenir de cette mésaventures, Magda sentit une bouffée de chaleur l'envahir, mais elle refusait de laisser son corps la trahir. Elle ne pouvait défaillir, pas le premier jour, de préférence jamais d'ailleurs. Etre forte et égale à elle-même était son but, pourtant celui-ci semblait de plus en plus inaccessible à mesure que la jeune femme prenait ses marques au sein de l'avant-poste.

Elle observa sa camarde de chambre saluer d'autres miliciens qui posaient, comme tout les autres, un regard curieux sur Magda. Celle-ci soutint un instant celui-ci avant de détourner ses yeux verts pour les plonger sur la nourriture. Une bouillie informe et odorante allait servir de met pour ce soir, elle n'osait demander à Nenia si les repas étaient toujours aussi rebutants. La recrue achevait de raconter son histoire, la partie où ses parents se faisaient prendre et elle, était envoyée à Reiver. « Et oui, il faut toujours dénoncer les membres de sa famille à Helion » avait commenté sa colocataire sans ton moralisateur, plutôt sarcastique. Une amertume était présente dans sa voix et Magda était piquée dans sa curiosité. Lorsqu'elle évoqua l'idée que les géniteurs de la recrue puissent être en vie malgré leur conditions d’exilés, un sourire carnassier se dessina sur les lèvres de la jeune recrue, tordant celle-ci d'une manière peu esthétique et inattendue. « J'éspère qu'ils sont morts, avoua-t-elle sèchement, Ils ne méritent rien d'autre.   »

Alors que la recrue venait de lui retourner la question, Nenia eut un instant d'arrêt puis planta d'une manière nonchalante sa fourchette dans la bouillie. Celle-ci tenait droite dans l'espèce de purée ce qui ne présageait rien de bon quand à sa texture. Magdalena grimaça avant de lever ses couverts pour y goûter. « J’étais aussi au niveau 2 mais je bossais dans l’entretien. J’ai été envoyé ici parce que mes parents m’ont dénoncée comme étant une activiste, ce qui est totalement faux mais Helion n’a pas pris de risque. Ça fait dix ans maintenant. Rien d’extraordinaire.   » La jeune recrue grimaça de nouveau, malgré elle, tant à cause de la nourriture que vis à vis de l'histoire de sa colocataire. L'empathie n'était pas son fort, mais elle pouvait comprendre que Nenia garde un souvenir amer de ses parents ainsi que du dôme si ceux-là l'ont exilé à Reiver sans raison valable. Pour Magda, c'était autre chose, elle comprenait sa sanction et la respectait, elle en était presque reconnaissante, sa vie au dôme n'avait pas de sens et elle espérait en trouver un à l'avant-poste.

Les activistes dont parlait sa colocataire, Magda en avait vaguement entendu parlé, mais personne ne s'étendait sur le sujet, de fait, elle n'avait qu'une connaissance très faible à propos de ces gens là. Bien qu'elle eut envie d'en savoir plus, la jeune femme se retint de poser des questions à leurs propos, c'était sans aucun doute mal vu ici aussi de s’intéresser à ceux qui perturbent la sérénité d'Helion. Si sa colocataire et elle-même parvenaient à établir une relation de confiance, peut-être la questionnerait-elle un peu plus à ce sujet, mais ce n'était ni le moment, ni le lieu. La recrue observa un instant la milicienne, celle-ci devait avoir une trentaine d'année et elle avait dit être arrivé à l'avant poste dix ans auparavant. Nenia était un peu plus vieille que Magda lors de son arrivée, peut-être était-ce pour cela qu'elle était parvenue à s'adapter.

La recrue prit une nouvelle bouchée, tentant de camoufler son dégoût, sans doute était-elle habituée à une nourriture meilleure, bien que les mets de qualités fussent réservé à ses parents. Jamais elle n'aurait cru être difficile à ce propos, n'ayant jamais particulièrement apprécier ce qu'on lui servait à Helion, mais soudain, ce confort qu'elle avait là bas lui manquait. « Pourquoi est-ce qu’ils se sont lancés dans le trafic de puce ? C’est pas vraiment des activités pour des gens vivant au N2. » fit remarquer Nenia, ce à quoi la jeune recrue acquiesça. « D’ailleurs, c’est quoi les nouvelles d’Helion ?     » enchaîna-t-elle finalement, arrachant un léger haussement de sourcil à la recrue, interpellée par cette question. Pourquoi Nenia s'intéressait-elle encore à la vie du dôme? Elle savait que l'avant-poste avait pour rôle de protéger celui-ci, mais les nouvelles importantes devaient lui être transmises. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. « C'est moche ce que tes parents ont fait.  » commenta-t-elle d'une voix neutre, se sentant obligée de répliquer quelque chose. « Les miens étaient pas supers non plus. Je ne sais pas vraiment pourquoi ils se sont lancé dans un trafic... Leur vie, enfin, l'argent qu'ils avaient ne leur suffisait plus. Ils en voulaient plus. Alors ils ont fait ça. Voilà.  »  Reprenant une bouchée, Magda laissa presque tomber sa fourchette dans son assiette, sentant que ce repas allait lui rester sur l'estomac si elle en avalait un peu plus, elle reprit en se redressant, boudant du regard son assiette. « Pour Helion, je n'en sais trop rien. Il y a eut des secousses, je crois, il y'a eut pas mal de problèmes au niveau 2, mais ça c'est calmé. Pour le reste, je t'avoue que je n'en sais rien, je ne me suis jamais intéressée à tout ça.  »

Elle soupira, observant les autres manger, ainsi que Nenia qui semblait dans son élément, tel un poisson dans l'eau. La recrue espérait un jour être aussi confiance que cette jeune femme. « Pourquoi tu t’intéresse encore au dôme? Si ça fait 10 ans que tu es ici, tu devrais avoir fait une croix sur cette partie de ta vie, non ?  » En tout cas, Magda tentait de se persuader qu'elle était parvenue à tourner la page de cette vie à Helion, même si dans le fond, elle savait que ce n'était pas vrai. Cela faisait seulement quelques heures qu'elle était arrivée à l'avant-poste et déjà elle se sentait nostalgique de son lit douillet au niveau 2, de la nourriture qu'on lui proposait. Son confort lui manquait plus qu'elle ne l'aurait cru.
Réservé.  @"Nenia Wald"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre

avatar

Points : 180
Crédits : design by swan

MessageSujet: Re: [terminé] Nenia - In hell i'll be in good company   Jeu 26 Avr - 17:41

IN HELL, I'LL BE IN GOOD COMPANY

Magda  & Nenia

05/02/2481

Nenia semblait porter un intérêt à Helion que la recrue ne comprenait pas vraiment. Elle y avait vécu durant 18 ans sans jamais réellement s'y intéresser, de fait, elle ne connaissait pas les milices internes, celles qui pouvaient ou voulaient faire changer les choses au dôme, elle ne savait pas qui ils étaient, peut-être en avait-elle déjà rencontré, peut-être que ses parents en faisaient parti, elle n'en avait pas la moindre idée. Et tout cela la désintéressait au plus haut point. Elle s'était toujours prise pour une jeune femme cultivé, mais aujourd'hui, alors que sa nouvelle colocataire lui demandait des informations de là où elles vivaient, elle se trouvait incapable d'en donner. Boudant toujours son assiette, elle donna un petit coup dans celle-ci, l'éloignant d'elle-même et invitant silencieusement Nenia à se servir si elle se sentait le cœur de manger cette chose informe. « Parce que je suis malade et qu’un jour je retournerai à Helion pour y finir les quelques années qui me resteront à vivre, » lui intima la milicienne.

La recrue l'observa un instant, posant ses yeux sur les traits de la jeune femme, une bien jolie personne, elle devait le reconnaître. Celle-ci savait apposer sur son visage des traits très froids et insensibles, ce qui rendait difficile le fait de la comprendre pour Magda. Elle s'était exprimé d'une voix assez détâché mais lorsqu'elle reprit la parole, ce fut avec plus de sarcasme et d'amertume dans la voix. « Enfin, si on m’y autorise. Quand les putains de parano arrêteront de me croire coupable d’action que je n’ai pas commise. Mais ça c’est une longue histoire.  » Quelque peu déçue de ne pas en apprendre plus, la recrue baissa les yeux sur l'assiette de la milicienne. Celle-ci la dévorait avec appétit mais manquait certainement de plaisir quand au goût de la bouillie. « Mais t'as vraiment rien à voir avec ces histoires?  » s'enquit la recrue sans pouvoir s'en empêcher. Si on suspectait Nenia, sans doute était-ce pour de bonnes raisons, après tout.  Magda ne voulait pas voir la justice d'Helion comme étant une institution corrompue, elle voulait croire que celle-ci était juste, comme elle l'avait été pour ses parents. Sur ces paroles, Nenia lui adressa un sourire qui n'avait rien d'amical. La recrue l'ignora, détourna son regard pour le laisser traverser la foule de personnes assises dans le mess. Tout ces visages lui étaient inconnus mais elle allait devoir s'y habituer et les coutoyer. Si Nenia désirait un jour retourner au dôme, ce n'était en aucun cas l'avis de la jeune femme. Celle-ci préférait vivre l'enfer à l'avant-poste plutôt que de retourner à la morosité de son quotidien au sein du niveau 2.

« J’avais des amis là-bas et certain me manque.      » Cela, Magda voulait bien le croire, même si elle ne s'était jamais suffisamment lier à une personne pour la considérer comme étant son amie. Elle n'avait que des collègues et connaissances au sein d'Helion, des gens qu'elle croisait régulièrement, des personnes qui entraient et sortaient de sa vie sans y laisser la moindre trace. Jamais l'une d'elles ne s'étaient démarquées, jamais elle n'avait ressenti ou établi quelque chose qui puisse s'apparenter avec l'amitié. Seuls le dédain et le travail étaient ses compagnons, une charge qu'elle portait chaque jours sans jamais s'en plaindre mais qui formait peu à peu au fond d'elle même, quelque chose de plus lourd, de plus profond. Elle n'était pas heureuse à Helion, c'était à présent une évidence. Avait-elle seulement déjà été heureuse ? Jamais estimée à sa juste valeur, jamais valorisée. Elle avait dû se battre pour montrer qui elle était, mais cela ne convenait jamais. Magda soupira, tentant de détourner ses pensées pour se concentrer sur la milicienne en face d'elle. Elle lui en avait déjà trop montré, cela ne faisait pas longtemps qu'elles se connaissaient et déjà Nenia avait pu voir les quelques faiblesses de Magdalena. C'était intolérable.

La milicienne ne semblait pas encline à développer plus cette partie de sa vie et Magda ne lui posa pas de question à ce propos, ne souhaitant pas entrer là où elle n'y était pas inviter. Elle resta silencieuse un moment, laissant la jeune femme entamer de nouveau la conversation. Les muscles tendus de la recrue semblaient lui rappeler son état de fatigue, elle avait marché toute la journée sous une chaleur étouffante. « T’étais dans quel quartier au fait ? J’habitais au quartier d’Amaranthe. J’arrive pas à savoir pourquoi mais ta tronche me parle. Avec dix ans de moins. Evidemment.     » « Ma tronche...  » murmura Magda d'un ton amer. Cette expression, elle ne la supportait plus. Des années durant, ses parents l'avaient détesté pour son visage quelque peu étrange, des années elle avait été moquée et méprisée pour cette tronche dont parlais Nenia. « Amaranthe aussi.    » répondit-elle sèchement, détournant son regard. « Ma... trnche comme tu dis, a tendance à marquer les gens, c'est pas improbable que tu m'ais déjà vu.  » Elle leva les yeux vers Nenia, comme si le fait de la regarder à présent allait lui révéler quelque chose. Mais bien sûr, rien ne vint. « Je me souviens pas de toi par contre.  »

Réservé.  @"Nenia Wald"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre

avatar

Points : 180
Crédits : design by swan

MessageSujet: Re: [terminé] Nenia - In hell i'll be in good company   Mar 19 Juin - 19:22

IN HELL, I'LL BE IN GOOD COMPANY

Magda  & Nenia

05/02/2481


Jetant un regard dédaigneux envers son assiette encore bien garnie, Magdalena avait poussé celle-ci en direction de la milicienne, invitant sa toute nouvelle colocataire à s'y servir. La recrue ne pouvait comprendre l'appétit qu'éveillait la bouillie informe en Nenia, quand bien même, elle ne la jugea pas. Celle-ci était présente en ces lieux depuis bien plus longtemps et Magda allait devoir se faire à l'idée qu'il en était terminé des savoureux mets auxquels elle avait eut, jadis, le droit au sein du dôme. L'expression qu'avait employé Nenia afin de décrire le visage de la recrue lui arracha un sourire amer. "Sa tronche". Ses larges yeux lui avait souvent permit d'acquérir ce sûrement, qui n'était en rien flatteur. Magda n'était pas particulièrement complexée par son physique, mince, presque frêle, fragile, elle avait bien conscience de son manque de charisme. Pire, elle savait qu'un pareil physique n'était pas particulièrement attirant. Elle avait pu le constater, témoignant encore à ses 18 ans de toute sa pureté. Evidemment, l'idée d'un jour passer à l'acte la travaillait, mais à présent, se faire déflorer n'était pas à l'ordre du jour. Aujourd'hui, elle devait apprendre à survivre, apprendre à se battre. Pourtant, ce mot lâché sans arrière pensée par la milicienne l'avait blessée. Sa tronche. Elle s'en voulait d'être ainsi née, elle se détestait. Sa crinière folle lui permettait de camoufler quelque peu cette apparence qu'elle trouvait détestable, son attitude froide la rendait d'autant plus intouchable.

Nenia se flattait d'avoir une bonne mémoire, mais il n'y avait rien d'étonnant lorsqu'il s'agissait de se souvenir du visage de Magda. Lorsqu'elle était petite fille, ses yeux étaient d'autant plus prononcé, d'autant plus encore cette impression de disproportion. Malgré tout, la recrue se garda de tout commentaire, attendant patiemment que sa colocataire recouvre la mémoire tout en dégustant goulûment l'assiette. Puis le souvenir revint, la jeune femme pointa sa fourchette en direction de la recrue, une lueur nouvelle dans ses yeux. « T’avais pas une mère, du genre, acariâtre qui était capable de rabaisser sa propre gamine en public ? Le genre de personne que j’adore remettre en place ?     »  Un leger sourire apparut sur le visage de Magda, elle détourna un instant le regard, posant celui-ci sur une table non loin d'elle avant de revenir auprès de sa colocataire. Celle-ci ne lui laissa pas le temps de répondre, alors que la recrue s'apprêtait à lui annoncer qu'il devait effectivement s'agir de sa génitrice. « Je crois que je m’en souviens. C’était quelques mois avant que je me fasse arrêter. Ta mère te sermonnait sur je ne sais quoi. Je l’ai remise en place, je ne sais plus pourquoi mais ça m’avait gavée. Je m’en souviens parce j’étais couverte de graisses ce jour-là, j’avais vécu l’enfer à nettoyer de fond en compte des conduits.   »  Ecarquillant à son tour les yeux, la recrue posa un regard neuf sur la jeune femme en face d'elle. « Maintenant que tu le dis, c'est vrai que ton visage me disait quelque chose...  » entama-t-elle, quelque peu songeuse, un sourire sincère posé à ses lèvres. « Durant des années, personnes ne s'est opposé à ma mère. Tu devais être l'une des seules. C'est étonnant que ton visage ne me soit pas revenu plus tôt... Ceci dit, j'étais jeune. Et j'ai du mourir de honte lorsque tu as repris ma mère. Même si elle le méritait.  »

« Je comprends mieux pourquoi tu ne regrettes pas leur disparition. » acheva Nenia tout en repoussant son assiette, à présent vide. Magda ne commenta pas, affichant simplement ce sourire sincèrement reconnaissant envers sa colocataire. Rares étaient ceux qui pouvaient prétendre comprendre la douleur de la recrue, mais la milicienne avait vu de ses propres yeux ce qui avait été le quotidien de Magda. Alors oui, elle devait l'admettre, elle se sentait redevable et reconnaissante. Presque un peu effrayée à l'idée que sa colocataire voit toujours en elle cette petite fille qu'elle avait défendu au dôme. Tout cela était une histoire ancienne, mais suffisamment marquante pour que Nenia s'en souvienne. Un instant, Magda se surprit à penser que, finalement, elle pourrait peut-être se lier d'amitié avec cette jeune femme. « Viens chaton, je te conseille de te coucher tôt ce soir, » entama-t-elle tout en se levant de sa chaise.« Demain réveil six heures et si t’es pas debout, ils vont venir te chercher au pied du lit. Tu vas avoir besoin de toutes les forces possibles pour ton premier jour. »  Attrapant son plateau, la recrue suivie le mouvement, plaçant celui-ci la où il devait se trouver et collant Nenia comme son ombre. Les yeux des autres miliciens avaient suivi leur pas, la recrue se contenta de les ignorer. « Je ne suis pas contre un peu de sommeil,  » avoua-t-elle doucement, « cette journée était riche en émotion.  » Belle ironie pour une personne qui prétendait ne rien ressentir songea Magda tout en s'enfonçant de nouveau dans le bloc réservé aux miliciens.  

Réservé.  @"Nenia Wald"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [terminé] Nenia - In hell i'll be in good company   

Revenir en haut Aller en bas
 
[terminé] Nenia - In hell i'll be in good company
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hell Pix vous salue
» Challenge Architecture extérieure - Tony.3ds /// SketchUp - Artlantis - Photoshop
» récupérer l'info " lecture terminée" avec le plugin VLC ?
» [Terminé] Ashampoo : 5 logiciels gratuits
» Living Well/Tylénol Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saom AD :: RP :: Sujets terminés/abandonnés-
Sauter vers: