AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 15/01/2481
Φ Ne pas RP après le 01/03/2481
Flash info
Φ Soutenez After Dawn !
Φ AD recrute un admin
Φ Steros a besoin d'effectifs !
Φ --




Attendus
Merci de privilégier Steros
Merci d'éviter les Natifs
Personnages
30 joueurs ◈ 33 personnages
18 Hommes ◈ 15 Femmes
Helion 09 hab.
Reiver 09 hab.
Steros 06 hab.
Extérieur 09 hab.

Partagez | 
 

 A bet is a bet (ft. Wolfreim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Points : 747
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: A bet is a bet (ft. Wolfreim)   Ven 30 Mar - 17:06

A bet is a bet
Plus les verres s'enchaînaient et plus les langues se déliaient. C'est ainsi qu'on passait une bonne soirée en Finlande. Des soirées qui me manquaient. Bien plus souvent entourée d'inconnus que d'amis. La compagnie était une chose que je n'appréciais qu'à partir un certain degré d'alcool. Sinon je trouvais les autres bien vite trop collants ou invasifs. Ce n'était pas le cas ce soir : il n'y avait pas foule au Kremlin, si bien que Sven avait assez de temps libre pour discuter un peu avec moi. Il finit par me présenter un habitué avant de prendre congé de la table où j'étais installée. Loin de vouloir paraître désagréable, j'avais en le regardant ces yeux perçant qui le jaugeaient. Ça n'avait pas l'air de le déranger, il souriait assez béatement avec sans doute quelques verres à son actif lui aussi. La discussion ne tarda pas à s'élancer vers nos situations respectives, quelques échanges futiles qui n'avaient d'intérêt qu'avec l'ébriété qui nous éprenait.

La salle n'était pas bondée mais se remplissait à mesure que l'heure défilait. Dans notre coin, nous bavassions de choses et d'autres. « Tu n'es pas aussi terrible qu'on le dit », vint-il à déclarer. « Aussi terrible ? Qui dit ce genre de choses ? Sven ? » Lui demandai-je plus intéressée que je ne le prétendais. « Non pas Sven, tu sais, tout le monde fini par se connaître ici. Et toi... tu as beau être une belle femme, on dirait que la majeure partie des gens préfèrent te laisser dans ton coin, ça suffit pour que naissent des rumeurs. Tu n'as pas l'air d'être du genre fêtarde à t'amuser, c'est étrange que tu côtoies cet endroit », détaillait-il sans aucune méchanceté. Je plissai les yeux, comprenant qu'une femme venant boire seule dans un tel endroit devait forcément avoir un souci. « Je sais être amusante et... je n'aime pas quand il y a trop de monde. C'est juste ça... » justifiai-je en sirotant mon verre.

Ma remarque le fit rire alors je l'interrogeai du regard. « Prouve-le. » J'arquai un sourcil. « Prouver quoi ? Que je suis marrante ? » M'étonnai-je dans un sourire perplexe. Il m'intima d'un doigt de m'approcher de lui alors qu'il se penchait sur la table. Je me penchai également pour l'écouter murmure. « Ce type là-bas, fais-le rire. » Suivant la direction qu'il indiquait, je vis l'homme de qui il parlait. Une mine patibulaire, renfrogné, du genre à avoir passé une très mauvaise journée. À le détailler, il me sembla le reconnaître. J'expirai, désabusée. « Tu veux m'attirer des ennuis ? Ce gars-là est sûrement pas venu pour passer une bonne soirée, il a plutôt l'air d'être là pour oublier sa journée... » Mon compagnon de soirée haussa les épaules en se reculant dans l'assise pour finir son verre. « Waw. Herkja est une femme vraiment drôle », dit-il avec ironie alors que je levai les yeux au ciel. « Tu sais quoi, j'ai rien à te prouver. Pense ce que tu veux de moi ça m'est égal », répliquai-je sèchement. Il fit une moue navrée et se leva pour rejoindre d'autres personnes au comptoir. Je le suivis du regard, croisant les bras de contrariété. Puis mes yeux vagabondèrent jusqu'à Wolfreim.

Mon verre terminé, je reportai mon attention sur ce dernier. Même si la personne qui avait lancé le défi restait insignifiante à mes yeux, j'étais de nature joueuse et je ne parvenais pas à enlever ce dernier de l'esprit. D'un pied déterminée, je me levai et le rejoignis au comptoir. Alors qu'il conversait avec d'autres personnes, je m'interposai à sa droite en posant mon verre sur le comptoir avant de planter mes yeux dans les siens. « Je vais le faire. Si je réussis, ma note sera pour toi. Si j'échoue, je prendrai la tienne. Sven, deux verres s'il te plaît. » Lançai-je sans le lâcher des yeux. Sven savait ce que je prenais et me servit sans poser de question. Un clin d'œil taquin à notre ami commun et je vins m'approcher, verres en main, du recruteur. « Bonsoir, puis-je m'asseoir à vos côtés ? » Demandai-je avec un sourire cordial. J'avais beau avoir l'assurance naturelle aidée par l'alcool, une légère boule au ventre m'assaillit lorsque nos regards se croisèrent. Comme si se dessinait autour de lui une aura invisible mais présente. Un phénomène qui m'arrivait de plus en plus depuis cette fichue tempête. Mais c'était encore différent...
@"Wolfreim Nörgaard"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
avatar

Points : 747
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Re: A bet is a bet (ft. Wolfreim)   Sam 31 Mar - 8:05

A bet is a bet
À mon arrivée, le brigadier resta impassible. Une appréhension me taraudant, je m'estimais heureuse de ne pas être recalée avec dédain... il faut dire que je ne suis pas très douée pour aller vers les autres. Invitée à le rejoindre, je m'assis tout en l'écoutant. J'avais beau fréquenter l'établissement depuis cinq ans maintenant qu'il m'était encore donné de découvrir de nouveaux visages, de nouveaux noms. Mais pour bien des personnes ici présentes, je n'étais plus une quidam depuis longtemps. À croire que les russes surveillaient de près toute personne amenée à côtoyer leur duché. Bien que destituée de la politesse de me présentée, je ne me sentis aucunement dénigrée. L'homme se présenta avec détail en appel à lever le voile des bienséances. Même si j'appréciais la distance que maintenait le vouvoiement entre deux personnes ou le respect qu'il pouvait représenter entre deux personnes admiratives, dans ce lieu il était bien plus accommodant de s'en passer. Accordant un simple sourire à l'avtoritet, je glissai le verre offert jusqu'à lui.

Ce Wolfreim semblait plus abordable qu'il n'en avait l'air, cependant ça ne suffisait pas à dénouer ce ressenti qui m'habitait. Étrange sensation que son regard posé sur moi intensifiait. Le brigadier me demanda avec neutralité si je me plaisais dans cette ville. Gardant mes doigts autour du verre, je répondis assez simplement, sans montrer mon hésitation, tentant de contrer mon léger accent ; bien que j'aie un bon anglais, cinq années n'avaient encore eu raison de mes intonations scandinaves. « Chaque ville a ses étoiles et ses abîmes, c'est plus une question d'adaptation que d'appréciation. Mais je ne m'imagine pas vraiment ailleurs pour l'instant... » expliquai-je avant de m'arrêter sur une voix plus basse. N'étant pas d'un naturel bavarde, je m'étonnais à chaque fois de l'effet désinhibant de l'alcool. Ce qui, en cette rencontre contrairement à d'autres, me gênait quelque peu.

Les pontes d'Helsinki, les journalistes et les quelques hautes têtes de la Bratva que j'avais rencontré n'avaient jamais eu cette inspiration intrigante. Bien des personnes m'apparaissaient différemment depuis la tempête, Wolfreim faisait partie de ces personnes avec quelque chose de plus... comme si un murmure naissait en moi. Voix diaphane dont je ne discernais qu'à peine la présence sans la comprendre. Concentrée sur lui, je teintais mes traits de cette cordialité aussi glaçante qu'élégante. Je n'étais pas prête à le faire rire...
@"Wolfreim Nörgaard"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
avatar

Points : 747
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Re: A bet is a bet (ft. Wolfreim)   Dim 1 Avr - 18:23

A bet is a bet
L'attitude examinatrice de Wolfreim ne m'échappa guère, me prêtant moi-même à le détailler minutieusement, sans pour autant ressembler à un prédateur sondant sa proie. Une simple déformation des fastidieuses heures passées à observer la faune avant de pouvoir prétendre à bander l'arc pour décocher une flèche. Au bon moment, au bon endroit. Pour mon père, un tir n'était jamais parfait. Des jours entiers s'étaient déroulés à corriger ma posture, mon souffle, ma visée. C'est bien tard que je pus enfin l'accompagner en pleine forêt avec une arme. Un enseignement pour le moins ennuyeux pou rune enfant, aussi calme et patiente que je pouvais être. Une instruction que je ne regrettais aucunement. Un procédé que j'adoptais à présent volontiers dans n'importe quelle discipline nécessitant un apprentissage. Observer, détailler, chercher l'efficience plus que la simple efficacité. Sans attendre la perfection dans tout ce que j'entreprenais, cet état d'esprit m'était bien utile pour accomplir chaque action que je me donnais à faire avec minutie.

Prétendue attente d'une réponse sans question, j'écoutais avec une attention dissimulée ses mots. Sa voix était teintée d'un agréable grain qui ponctuait ses intonations comme une mélodie que j'aurais aimé laissé recouvrir l'ensemble du brouhaha d'ambiance qui régnait dans le bar. Le Kremlin n'était pas le lieu le plus calme du monde. Mais parfois, le bruit nous permet de nous isoler, d'être à côté en faisant partie d'un tout. L'enchaînement et le rythme de ses paroles me firent ciller. Les commissures de mes lèvres vinrent se courber sans que je n'y prête de grande attention. Une expression fine se glissant entre mes traits alors que l'homme récitait ces vers harmonieux. Son silence s'enchaîna par une proposition d'en rester au vouvoiement d'usage alors qu'il se présentait officiellement. « La lune me parle en runes argentées du pays qui n’est pas », repris-je en me retenant d'en expliquer les raisons alors qu'en un regard voulu distrait, j'effaçais l'étincelle de réminiscences poétiques. Des heures passées dans la bibliothèques à en apprendre plus que les écrits que les écrivains eux-mêmes. Métaphores et abstractions qui s'échappaient aujourd'hui de mon esprit comme la boîte de pandore. En remplaçant les maux du monde par les rimes des ouvrages.

Évitant d'appuyer cet instant de flottement déclenché par cette rencontre, je m'exprimai d'un ton plus terre à terre, sachant pertinemment que ce n'était pas cette facette de ma personnalité qui allait parvenir à décrocher un rire des lèvres de Wolfreim. À vrai dire, chaque seconde me faisait réellement me demander comment une femme comme moi pouvait faire rire un homme comme il semblait être... Toutefois, pour mon compte, un simple éclat ou même un sourire sincère me conviendrait. Peu m'importait si aux yeux du parieur je n'aurais pas remporté la manche. Ce n'était pas cet enjeu qui m'avait poussée à venir à cette table. « Au vu des verres consommés ce soir, je pense pouvoir m’accommoder d'un tutoiement accordé, mais ne sois pas étonné si à notre prochaine rencontre je peine à m'y prêter. Herkja Madsen, enchantée de faire ta connaissance », lui assignai-je avec un sourire contrôlé. Sans non plus avoir la sensation d'enfreindre les règles, cette familiarité de bar à laquelle nous consentions avec aisance était loin d'être des plus facile. Si la plupart du temps les rencontres se faisaient dans l'éclair d'un soir pour ne jamais durer, celle-ci n'avait pas de teinte éphémère. Bien tôt pour en attendre quoi que ce soit, il paraissait assez influent dans la faction pour rendre cette rencontre plus concrète. Éloignée d'un simple pari dont l'intérêt se dissipait au rythme des secondes qui s'envolaient.
@"Wolfreim Nörgaard"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
avatar

Points : 747
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Re: A bet is a bet (ft. Wolfreim)   Lun 2 Avr - 9:56

A bet is a bet
La supposée surprise de l'enchaînement des vers marqua un léger silence apprécié. Éloignées des conversations au rythme effréné où la peur du silence se cultive. Je préférais de loin une discussion réfléchie à une course aux idées. Une difficulté à entendre mes pensées sans ces pauses qui ponctuent des discours concis. Agréablement, Wolfreim m'assura qu'il s'adapterait si les manières venaient à changer. Ce ne serait pas en arrière, une simple remise à zéro où l'alcool ne viendrait pas biaiser nos rapports. Une vision très terre à terre qui devait paraître bien futile pour une âme de poète. Ceux-ci levaient les barrières plus qu'ils n'en mettaient. Sans en être dardée, j'aimais maintenir les miennes. Peinant à m'ouvrir et à partager mes pensées. Une pudeur induite par une éducation calculée au millimètre près. Loin de regretter ce façonnement, j'en expérimentais toutefois des limites dont parfois j'aimerai me passer.

Yeux plissés par ce que je pris comme un compliment, je n'attendis pas plus longtemps avant de lever mon verre en sa direction et d'en saisir une gorgée. La surprise était partagée. Bien que bon nombre de membres de la Bratva s'affichaient de grands airs, rares étaient ceux qui s'en révélaient dignes. Ils se faisaient moines par leurs attitudes et leur habillement, ça n'était pas leur nature profonde. Pour Wolfreim, il semblait que ce soit l'exact inverse : un grand esprit dans un habit des plus courants. La froideur de son expression et les regards révélateurs démontraient sa réelle nature.

Quelques interrogations curieuses et évocations d'origines, retournant vers moi le devoir de parole. « Södergran fait partie des quelques lectures qui m'ont marquées. Je n'irais pas prétendre qu'il s'agit là d'une passion pour la poésie. On m'imposait bien trop d'univers pour que je puisse me passionner pour l'un d'eux. Appelons plutôt ceci un sillon reminiscent d'une adolescence passée sous toutes les représentations possibles et inimaginables de l'art. Gardes-toi de penser que je pourrais déceler chaque référence qui viendrait se glisser dans tes locutions », définis-je avec un sourire amusé. Le bon côté était la culture générale que ça m'apportait, le revers de la médaille était plus terne : l'ordinaire ne savait me faire vibrer, ressentir d'émotion forte. Comme si l'art était un médicament dont j'avais abusé : il m'en fallait plus. Un second point que je venais à regretter était de ne pas avoir su pousser l'un de ces domaines à son paroxysme, me passionner.

La seule expérience qui comblait ma soif d'émotions était la chasse. Une pratique que j'avais laissé dans mon pays natal. Arcadia n'était guère semblable aux terrains que je pratiquais en Finlande... même s'il devait bien y avoir, non loin, des étendues de forêts dédiées à cette activité. De plus, j'avais une technique bien à moi, la technique Madsen, comme aimait le dire mon père. Je n'usais pas d'armes à feux mais d'un arc. L'archerie m'a toujours intéressé et je démontrais pour ce sport de réelles prédispositions. « Je suis finlandaise, avec la même affliction nostalgique de ne pas pouvoir me défaire de cet accent que j'avoue toutefois affectionner. » Une douce complicité dans le regard, je sirotai une nouvelle fois mon verre. Si le sien paraissait moins marqué, ça suffisait à me dire que les années ne finiront par me faire perdre le mien seulement si je le souhaite. Apprendre plusieurs langues n'était pas comparable à l'immersion totale. Vivre en Amérique améliorait mon accent bien plus que les leçons ne pourraient le faire.
@"Wolfreim Nörgaard"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
avatar

Points : 747
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Re: A bet is a bet (ft. Wolfreim)   Mar 3 Avr - 17:40

A bet is a bet
Verres délestés de leurs contenants, tentation à en prendre une nouvelle ration. Le liquide vint combler le vide que je goûtai sans mal. Si la modération construisait mon quotidien, il arrivait que des excès viennent ponctuer certains jours. Abondance mesurée de gourmandises partagées. L'alcool révélait les âmes sous un jour différent, un jour où les pensées pouvaient traverser les lippes sans culpabilité. L'attestation géographique me décrocha un sourire admiratif. Si beaucoup se rattachaient à des origines lointaines dont le savoir s'étiolait au fil des générations, nous paraissions tout deux être de fiers produits de ces pays scandinaves. Une affection portée à l'Est d'où les ressortissants foulaient les pavés d'Arcadia. Si le russe avait une ascendance primordiale sur les quartiers arborant les couleurs de la Bratva, Norvégiens, Suédois et Finlandais n'étaient pas des espèces en voie de disparition. Un plaisir nostalgique me laissait porter un regard familier et bienveillant sur chaque résident à l'idée de partager avec eux ce bout d'Europe dans les veines.

Si les babils tentaient de couvrir la musique ambiante dans cette chaleur humaine débordante d'alcool et de volutes acariâtres amenées par la densité de présence à cette heure tardive, paraissait nous entourer un halo nimbé d'une accalmie illusoire. De cette rencontre peu fortuite, il me venait l'idée d'en retirer plus qu'un simple verre, qu'un simple rire. C'est alors que l'annonce d'un regard persistant brisa cette pensée naïve. À son ordonnance, mes yeux ne se détournèrent pas des siens. Me contentant de boire une nouvelle gorgée du verre à l'alcool neutre dont les effets se faisaient ressentir dans mes phalanges. La description m'évoqua sans mal l'arbitre du pari. Un cillement impossible à réprimer, une excuse pourtant toute trouvée. « Une première tentative de passer une agréable soirée. Malheureusement, nous nous sommes révélés ne pas être de bonne compagnie l'un pour l'autre », décrivis-je en échappant un léger éclat amusé. « Il doit sans doute jauger qui de lui ou de moi est le fautif à cette mésentente », ajoutai-je afin de justifier le fait qu'il nous observait avec une insistance qui aura su attirer l'attention de Wolfreim.

Si ma personnalité était loin d'être propice pour faire de nouvelles rencontres simples et équilibrées, il m'était encore pensable que le problème ne vienne pas uniquement de mon détachement envers autrui et cette froideur qui se dégageait souvent malgré moi de ma présence. Un charisme aux yeux de certains, un mutisme pour la plupart. L'idée de me défaire de cette caractéristique m'avait parfois traversé l'esprit, sans jamais que l'idée ne vienne faire son nid au sein de ma volonté. S'ouvrir laissait à l'autre l'occasion de nous causer du tord, de faire mauvais usage de ce qui pourrait être dit ou fait. Bien que j'accordais une confiance naturelle mais mesurée à chaque membre de la Bratva, je n'en restais pas moins prudente et réservée. Préférant être mise de côté plutôt que de voir cette confiance - même superficielle - trahie et bafouée. Rares étaient ceux qui pouvaient se targuer de réellement me connaître... à plus forte raison dans cette faction rejointe encore que récemment. Une prudence qui ne devait pas échapper aux plus observateurs constatant qu'à mes actes et mes paroles, je ne laissais transparaître uniquement ce que je voulais bien. Une retenue, un dévouement envers mon travail, une déférence adressée à quiconque se trouvait au-dessus, un respect complice à ceux de mon niveau ou en-dessous. Comme un pion qui avançait dans une seule direction sans que l'on ne puisse lui accorder de détail, de vie personnelle en dehors de l'échiquier.
@"Wolfreim Nörgaard"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
avatar

Points : 747
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Re: A bet is a bet (ft. Wolfreim)   Jeu 5 Avr - 13:41

A bet is a bet
Surprenante acrobatie pour retomber sur mes appuis. Un écart qui me laissait partagée. Même si je déplorais devoir user d'astuce pour détourner un propos, il fallait rester honnête et assumer que sans cet homme au comptoir, jamais je ne serais allée vers Wolfreim. Au-delà d'une simple intimidation - qui était plutôt une façon pour moi de me préserver, ne pas me faire remarquer par les hautes têtes de la Bratva m'assurait une discrétion appréciable, étant déjà bien trop visible pour beaucoup d'entre eux - je savais me mettre à la place de personnes de son genre (supposé). Sans une heure bien avancée dans la soirée, j'étais du genre à repousser chaque personne se présentant à moi. Préférant rester fidèle au peu de conversation qu'il m'était donné d'avoir avec le serveur chargé de remplir mon verre. Bien que je n'avais, à cet instant, pas l'impression de déranger Wolfreim, sans ce pari je me serais contentée de l'observer de temps à autres sans venir l'importuner. Si l'on pouvait se passer de raison valable pour aller vers autrui dans un bar, ça restait une pratique qui m'incommodait. Pourquoi irais-je alors l'imposer à quelqu'un ?

Ses commissures se courbèrent dans un rire qui me parut sincère. Une implacable victoire qui pourtant n'en avait pas le goût. Légère euphorie ambiante qui s'enchaîna sur une question bien plus intéressante que ma capacité à faire rire un client à la mine patibulaire. Il m'expliqua jauger l'appréciation d'une compagnie à la bouteille. Un regard perplexe mais attentif appuya mon attention sur ses mots. Une pratique intéressante, un jeu auquel il restait toutefois dangereux de se prêter... Si d'honnêteté il fallait répondre, certaines questions sauraient rapidement mettre mal à l'aise n'importe quel parti. J'inspirai en silence avant de boire le reste de mon verre lorsque Wolfreim évoqua son intérêt d'en savoir plus sur moi, sur ce qui pouvait me faire vibrer. Une question qui revenait bien trop souvent ces derniers temps et que j'aurais aimé laissé de côté. Ce jeu avait beau avoir un principe ludique, je n'étais pas sûre d'être assez alcoolisée pour qu'il me plaise.

Un risque que pourtant, à son regard perçant, j'acceptai de prendre. M'armant de détermination plus que de courage, je posai avec délicatesse mon verre vide au milieu de la table. D'une voix implacablement douce masquant une résignation déterminée, je poursuivais son idée. « Une technique d'interrogatoire qui a sûrement dû faire ses preuves avec au milieu de la table autre chose qu'une bouteille de vodka », avais-je compris sans mal au vu de sa place et du contexte dans lequel nous évoluions tous les deux. Si mon regard restait sûr et stable, quelques micro-expressions et un battement de cœur plus soutenu masqué par le bruit ambiant sauraient déterminer à n'importe quel bon observateur l'appréhension que me procurait l'idée de me dévoiler. Appréhension qui, même auprès d'amis, persistait. « Commençons », déclarai-je malgré tout avec un sourire presque provocateur.
@"Wolfreim Nörgaard"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
avatar

Points : 747
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Re: A bet is a bet (ft. Wolfreim)   Mar 10 Avr - 11:23

A bet is a bet
Là où on m'imagine jeune prodige aux possibilités innombrables, disposée à bien des carrières et bien des ambitions, je finissais par me révéler n'être d'un coquillage vide. Depuis que Meik était plongé dans ce profond sommeil, ma vie et mes sentiments semblaient s'être mis sur pause. Un mode qui me permettait de vivre sans jamais vraiment en profiter. Une distance accrue envers les autres, un désintéressement de la société et de la contribution qu'il me serait possible d'y apporter. Je n'avais pas d'autre aspiration que celle de retrouver ma famille. Ce qu'il en restait. Une prétention que je touchais du bout des doigts en rejoignant la Bratva d'Arcadia. Pourtant, je marchais encore sur des œufs, persuadée que c'était en étant aussi près du but qu'il me fallait faire attention au moindre pas, à la moindre parole.

Engouffrée dans un quotidien morne ou œuvrant pour bienfaits et méfaits d'une organisation, ça ne changeait rien à mes yeux. Plus que nulle part ailleurs, mes valeurs étaient respectées au sein de cette faction qui m'avait tendu les bras. Même Madsen Man ne m'apparaissait pas comme une solution pour accomplir mon dessein. Un agglomérat d'hommes d'affaires, de riches actionnaires avides du moindre profit personnel. L'entreprise de mon père n'avait plus rien d'une famille depuis sa mort. Les investissements venaient augmenter le chiffre, les rendements, et encourageait à un capitalisme cancérigène pour l'âme. Je préférerais avoir du sang sur les mains que de contribuer à cette expansion nuisible. Si je comptais sur Zven pour faire la différence, jouer d'un contre-pouvoir, je ne me berçais pas non plus d'illusions : viendrait un jour où il cédera à l'appétit carnassier de nos investisseurs. Mais ce jour n'était, je l'espérais, pas encore arrivé.

Wolfreim ne parlait pas de mots, seulement de regards et d'expressions impossible d'utiliser efficacement contre lui. Ce qui m'accrocha un sourire admiratif. Si personne ne fermait réellement les yeux sur ce qui se passait, en parler n'était bon que pour les imprudents prétentieux. Alors qu'il soupçonnait la gêne engagée par sa proposition de jeu, il me vint la folle idée de le rassurer sur ce point. « Il en faut plus pour me faire reculer », prétendis-je l'air amusée. Quels étaient les risques ? Et puis, ça restait un jeu. S'il vient un moment où je préfère ternir l'impression qu'il se fait de moi plutôt que de me livrer à lui, il me serait possible de faire ce choix. Même si j'aimais jouer, ce qui pourrait amener ce défi plus loin que je ne le pensais.

Les questions commencèrent à fuser au rythme des verres que je buvais ou non. Amusée de voir ses pupilles refléter sa réflexion, je gardais un silence complet. Sa façon perçante de m'observait donnait à cet échange une intimité insoupçonnée. Que voyait-il en moi ? Cette question ancrait mon regard dans le sien, comme si je voulais transformer ses iris en un miroir de sa réflexion. Wolfreim finit par briser le fil du jeu en posant une question qui n'allait faire boire aucun d'entre nous. Une coïncidence... Les chasseurs n'étaient guère légion à Arcadia. Cette ville gigantesque n'était pas le lieu idéal pour des personnes comme nous. Une population dense, le bruit, les lumières, même la nuit la ville ne s'éteignait. Il y avait toujours un élément perturbateur et quelqu'un non loin de nous. « Étrange », soulignai-je en réponse sur un ton plus préoccupé que je ne le pensais.

Bon nombre de personnes que je croisais à la Bratva et parfois en dehors de celle-ci me donnaient cette impression non pas de déjà vu, mais d'un lien. D'une nature que nous aurions en commun. Une aura imperceptible que je n'avais jamais ressenti auparavant. Avec Wolfreim, il y avait quelque chose en plus. Sûrement une connivence due à nos attraits respectifs qui se ressemblaient plus que je n'aurais pu le soupçonner... « Je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de chasser depuis que je suis arrivée aux États-Unis. En plus d'ignorer bien des réglementations à ce sujet, Arcadia n'est pas le meilleur terrain pour chasser du gibier. En Finlande je passais plusieurs week-ends avec mon père dans les étendues de la Taïga. J'aimais le bruit silencieux du vent, la neige persistante... Un environnement vivifiant qui appel à une déférence implacable. Nous étions si amoureux de ce silence que nous chassions à l'arc », échappai-je en un rire mélancolique avant de chasser cette expression de mon visage. « Je m'emporte un peu, c'est juste que... ça me manque plus que je ne voudrais l'admettre », ajoutai-je en levant mon verre à Wolfreim avant de le boire. « Je me doute qu'en Amérique la chasse doit avoir une place importante, et si tu en es à tenir une boutique s'y dédiant, c'est que de ton côté, tu dois continuer à chasser, non ? » Demandai-je en m'égarant du jeu comme une façon inconsciente de dévier l'attention.
@"Wolfreim Nörgaard"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
avatar

Points : 747
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Re: A bet is a bet (ft. Wolfreim)   Mer 25 Avr - 10:36

A bet is a bet
La curiosité piquée de Wolfreim se reflétait dans la mienne. Un échange incongru qui paraissait être le berceau de bien plus important qu'une rencontre dans un bar. Des rencontres dans ce bar avaient déjà suffit à transformer ma vie... j'ignorais si cela me rendait plus apte à accepter que cela se reproduise, mais en tout cas aucune réticence ne venait troubler cette intéressante discussion. Un échange où l'un comme l'autre, nous paraissions bien plus apte à converser qu'à l'accoutumée.

Sur mes appréhensions, Wolfreim vint à me guider vers mon recruteur. J'ignorais si Avgust était du genre administratif, mais s'il me conseillait de le voir, c'est que ce dernier devait sans doute pouvoir me mettre sur la voie. Peinant déjà à maintenir mon visa d'actualité, je craignais que les lois soient plus complexes que ça dans des cas comme le mien... « À l'occasion, j'irais l'embêter avec ça », répondis-je en sirotant mon verre. Si ce n'était pas une priorité, il fallait avoir que du temps libre s'annonçait face à moi. Le combler avec la chasse était une idée qui me ravissait. Je souris à la description que Wolfreim faisait de la chasse en Amérique, décrivant cela tel l'Eldorado du chasseur. Sa passion transpirait dans ses mots, captant mon intérêt bien plus que je ne le souhaitais.

Si je comprenais l'intérêt de ces règles présentes en chasse, je déplorais le fait qu'elles doivent être écrites pour être respectées. Mon père m'avait éduquée dans le respect de la nature et du vivant. Chaque vie ôtée devait servir une cause ; à la chasse, la viande nous nourrissait, la peau nous réchauffait, les os nous équipaient. Bien que l'industrialisation et la mondialisation laissent se perdre de nombreux intérêts à la chasse, nous permettant de pallier à ces besoin sans bouger de notre canapé, je préférais de loin être cette idée de chasse moi-même ma viande, de connaître ses origines et d'ainsi m'assurer du bon traitement de l'animal. Sans aller jusqu'à me plonger dans la protection animale, je mettais un point d'honneur au respect de ceux-ci.

Alors que je l'écoutais avec attention, Wolfreim énonçait ses trésors. Bien qu'il n'y avait aucune raison apparente, imaginer ces étals et le plaisir de la chasse retrouver a travers de son regard, j'en vins à avoir de légers frissons. Détournant un bref instant mes yeux des siens, je vins servir à nouveau nos verres tout en lui répondant. « Nous chassions généralement du petit gibier : tétras, lièvres. S'il nous était déjà arrivé de chasser des élans, le dernier séjour de chasse qu'il m'ait été donné de faire avec mon père nous a mené sur les traces d'un ours. Je dois avouer que c'était... impressionnant », décrivis-je sans effacer cette amère mélancolie qui me ramenait à la mort de mes parents. Si cela faisait quelques années, je n'avais sans doute pas entièrement fait mon deuil. Laissé en suspend le temps d'un voyage outre-atlantique. « Je suis très curieuse de voir ce que l'on peut trouver en Amérique, sans faute passerai te rendre visite à ta boutique », assurai-je en levant mon verre à Wolfreim avant de boire.

Je sentais le bout de mes doigts s'engourdir et mes réflexes s'altérer par l'alcool. Une sensation d'ébriété qui m'amusait en cette douce compagnie. « Désolée mais... j'échappai un rire dans une expiration. C'est assez étonnant de rencontrer une personne avec qui je partage autant de points communs, comment se fait-il que nos routes ne se soient pas croisées plus tôt ? » Demandai-je faussement avec un sourire bienveillant. Si la place de Wolfreim maintenait un certain écart entre les recrues et lui, je fréquentais Ashmill depuis cinq années maintenant et... je ne sais pas... j'avais la sensation que nous aurions pu nous connaître bien plus tôt. Que nous aurions nous trouver plus tôt. Les sens altérés, peut-être m'échappai-je dans des impressions qui n'étaient aucunement fondées et que si je n'arrêtais pas de parler je passerai certainement pour une personne étrange dont il faudrait se méfier...
@"Wolfreim Nörgaard"

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: A bet is a bet (ft. Wolfreim)   

Revenir en haut Aller en bas
 
A bet is a bet (ft. Wolfreim)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saom AD :: RP :: FWTT-
 
Sauter vers: