Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 15/01/2481
Φ Ne pas RP après le 01/03/2481
Flash info
Φ Soutenez After Dawn !
Φ AD recrute un admin
Φ Steros a besoin d'effectifs !
Φ --




Attendus
Merci de privilégier Steros
Merci d'éviter les Natifs
Personnages
30 joueurs ◈ 33 personnages
18 Hommes ◈ 15 Femmes
Helion 09 hab.
Reiver 09 hab.
Steros 06 hab.
Extérieur 09 hab.

Partagez | 
 

 Ayeen "Hope" Amarth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Points : 667
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Ayeen "Hope" Amarth   Jeu 19 Oct - 21:14

Ayeen "Hope" Amarth
ft. Courtney Eaton
19 ans ◈ Vagabonde ◈ Célibataire
Outsiders ◈ Survivante
Réfléchie + Observatrice + Débrouillarde + Futée + Pragmatique
Méfiante - Craintive - Muette - Hostile - Passive
Anecdotes

Ayeen n'a jamais prononcé un mot ◈ Elle a été recueillie par Alexander Strelok à cinq an ◈ N'a aucun souvenir de ses parents ni même de son prénom, gardant alors Hope dans son esprit - prénom que lui donnait Alexanaer ◈ Craint le noir ◈ N'aime pas être touchée ◈ Aime les animaux et ne s'en méfie pas assez ◈ Déteste la chasse ◈ Ère dans l'espoir de retrouver Alexander
Histoire

Sur le bord de ce qui paraissait être une ancienne route, l'enfant peinait à se tenir debout. Marchant en traînant les pieds comme si la dernière source d'énergie qui lui restait se dissipait à chaque inspiration. Elle n'était pas bien grandes. Ses cheveux sales et sa peau tachée par la terre n'avait rien à envier aux guenilles qu'elle portait comme seuls vêtements. Pieds nus, écorchés, lèvres gercées et yeux à demi-ouverts. Il ne fallut pas plus de temps avant que l'enfant ne s'écroule au sol. Inerte, elle attendait sa dernière heure arrivée. Elle n'avait que cinq années. Rien ne l'attendait ici : seule, perdue, abandonnée. Pourquoi ? C'est la question que son esprit se posa avant de perdre totalement conscience.

« Eh gamine, réveille-toi », lançait une voix appartenant sans doute à la personne qui avait posé sa main sur son épaule. Elle ouvrit les yeux avec difficulté. Depuis combien de temps elle était là ? Son regard se posa sur l'homme qui l'avait trouvé. Si son corps n'avait pas été totalement déshydraté, sûrement aurait-elle pleuré.

Il la porta et l'emmena avec lui.

Où ?

Peu lui importait. Elle n'avait pas la moindre chance de survivre seule alors si cet homme voulait l’éviscérer dans un coin, au moins aurait-elle servit un dernier instinct avant de disparaître pour de bon. Mais ce ne fut pas ce qu'il se passa. Cet homme errant n'avait rien d'un dégénéré sanguinaire. Enfin si... il n'inspirait pas la moindre confiance. Mais il ne fit pas le moindre mal à l'enfant. « Comment t'appelles-tu ? » Elle baissa les yeux, joignant ses mains. Ses traits crispés pouvaient traduire sa peur. Mais il ne s'agissait pas de peur. L'enfant ne savait. Elle était incapable de prononcer le moindre mot. Elle n'était pas non plus capable de bien le comprendre à vrai dire... Cela dit, ce n'était pas là le réel problème : quand bien même elle voudrait qu'un son sorte de sa bouche, ça lui est impossible. « Libre à toi de ne pas me parler. Je m'appelle Alexander. » L'enfant releva les yeux et planta ses billes noires dans le regard azuré bien que sombre de l'homme. Mais sa vue fut attirée par tout autre chose. Son regard glissa sur ce qui semblait être de l'eau. Elle fixait la gourde comme si cette dernière n'était qu'un mirage. Alexander le remarqua et vint lui donner à boire. Il la nourrissait, la bordait. Un silence des plus morne les entourait. Se doutait-il du mal qui la rongeait ? Sûrement pas. Tout comme l'enfant n'était pas capable de le comprendre lui. À la première nuit tombée, elle se faufila vers le pan de tissu qui servait de couverture à Alexander. Se collant à lui, elle se rongeait les ongles. Toute tremblante alors que la fraîcheur les atteignait à peine, il comprit alors qu'elle avait peur. Non pas de lui, mais de tout le reste.

Durant des jours entiers ils marchaient. Alexander essayait de l'inciter à marcher encore et encore. Parfois jusqu'à ce que l'enfant s'écroule de fatigue. À ce moment, il vient la porter et, lorsque la fatigue l'atteint à son tour, il installe un bivouac. Au réveil de l'enfant, il tente de lui adresser quelques mots, qu'elle vienne à lui répondre enfin. Mais à mesure qu'il insiste, il sent que quelque chose de plus fort qu'elle l'empêche de parler. « Tu comprends ce que je dis ? » Elle hocha la tête, acquiesçant lentement. « Mais tu n'arrives pas à parler ? » À nouveau, l'enfant baisse les yeux. Elle ouvre la bouche et tente de prononcer un mot, un son, une bribe de quelque chose... Mais rien ne vient. Elle force, tente de parler. Mais rien ne vient. Elle force à en devenir rouge. Quand elle se rend compte de l'évidence, l'enfant voit quelques larmes rouler le long de ses joues. Elle n'était pas comme les autres. Jamais elle ne le serait. Peut-être était-ce pour cela qu'on l'avait laissée là, prête à mourir. Peut-être était-ce la seule chose à faire : la laisser mourir ?

Alexander n'était pas de cet avis. Bien au contraire. Il sembla se rattacher à elle comme un nouveau souffle de vie. Lui donnant un nom, un repère. Une personne qu'elle pourrait considérer comme étant son bouclier. Elle avait besoin de lui pour survivre. De ce besoin naquit une synergie. Il lui apprenait à évoluer dans ce monde hostile. La protégeait. Il la rassurait à chaque nuit trop sombre qui l'effrayée. Essuyait ses larmes et enlevait la terre qui gâchait son doux visage.

Hope. C'est ainsi qu'il la nomma.

Chaque nuit il parvenait à l'endormir avec cette douce berceuse qui la faisait passer dans le monde des songes. Avec Alexander, l'enfant semblait être en paix. Son handicap ne paraissait même plus en être un. Il lui apprit à communiquer avec des bouts de bois. Selon la façon dont elle tapait avec, cela voulait dire quelque chose. Un moyen plutôt laborieux, mais une façon pour elle de communiquer avec lui autrement qu'en pointant les choses du doigts ou d'attendre qu'il lui pose une question.

Les années passèrent et le duo vécu comme un véritable binôme. Ayeen n'avait qu'une douzaine d'années, sans savoir la portée de ce qu'elle représentait pour cet homme, mais une chose était sûre : pour elle, il comptait beaucoup. Il était sa famille, son ami, son guide, son protecteur. Impossible pour elle de trouver le sommeil sans entendre le son de sa voix. Celle-ci était si rassurante... si apaisante...

Le sommeil trouvé une nuit ne fut pourtant pas aussi protégé qu'Ayeen le pensait.

La jeune fille ne comprenait pas ce qui se passait. Dans le tumulte et les râles, elle mit du temps à comprendre ce qui se passait. Des personnes maltraitaient Alexander sans qu'Ayeen ne puisse interférer en quoi que ce soit. Lorsqu'elle se jeta sur l'un des malfrats, ce fut en vain. Ils le laissèrent au sol après l'avoir tabassé et volé toutes ses provisions. Emmenant Ayeen avec eux. Incapable de crier, elle essayait toutefois de se débattre. Elle parvint à mordre l'une des brutes mais ça ne suffit pas pour lui laisser une chance de s'enfuir ; rapidement rattrapée, Ayeen fut traînée au sol par les cheveux sur plusieurs mètres avant de se calmer et de mériter, aux yeux des ravisseurs, un meilleur traitement.

À bout de souffle, à bout de force, l'enfant ne pouvait réagir. Les yeux larmoyants, son regard implorait ses ravisseurs comme s'ils leur demandaient de l'achever. Mais ils n'en firent rien, continuant d'amener la fille vers leur tanière. La survivante ignore combien de temps il marchèrent, s'étant endormie, écroulée tant elle était exténuée. À son réveil, elle se retrouvait dans un baraquement sous-terre. Sans aucune lumière autre que celles, vacillantes, de quelques bougies rapiécées. Un homme, tempes grises et visage terrassé de rides creusées par le temps et ses affres. Il n'avait pas l'air vieux. Mais usé. Il faisait peur à Ayeen qui restait, face à ses questions, naturellement muette. Il tenta de lui soutirer au moins un mot mais heurté à son mutisme, il en vint à devoir s'en prendre à elle pour pallier à cette insolence dont elle faisait preuve à ses yeux. Plusieurs coups furent portés à la jeune fille qui ne prononçait aucun son hormis sa respiration haletante et difficile qui n'était pas sans douleur après les coups reçus. « MAIS TU VAS PARLER MERDE !!! » S'offusqua l'homme. Les bruits alertèrent d'autres personnes. Une femme les rejoignit. Elle observa un instant la scène et l'homme lui murmura quelques phrases avant que la nouvelle arrivée n'approche d'Ayeen. D'une voix rauque mais douce, elle lui demanda : « tu ne veux pas parler ? » Un silence. Ayeen laissa son regard se poser sur les yeux jaunâtres de l'inconnue. « Tu ne peux pas parler ? » Face à cette question, l'enfant acquiesça d'un signe de tête. Derrière, l'homme avait un sourire qui s'étirait jusqu'à ses oreilles.

Plusieurs jours passèrent où Ayeen resta enfermée dans cette pièce étroite, lugubre et humide. Allongée sur une paillasse, ses pensées allaient vers Alexander. S'était-il remis de ses blessures ? Était-il à sa recherche ? Le groupe qui l'avait enlevée la fit sortir de son trou à rat. Amenée dans ce qui devait être une salle commune dont l'obscurité n'avait rien à envier à celle de la chambre où elle était gardée. On lui demanda de travailler pour eux. Un travail... une tâche à réaliser. Sans lui expliquer en détail ce qu'ils attendaient d'elle, ils emmenèrent Ayeen à la surface avec eux. Ils étaient équipés de diverses armes blanches et de sacs. Provisions, matériel, ils étaient pour le moins prévoyant.

Après quelques heures de marches, ils arrivèrent à un tas de ruines. Anciennes structures de métal et de béton. L'endroit était insalubre. Ils attachèrent une cheville d'Ayeen à l'un des arcs de métal. Ses mains furent liées dans son dos. « Fais un beau sourire au premier idiot qui tentera de te secourir petite. » Angoissée par sa posture, Ayeen ne pouvait rien faire pour lutter. Elle resta attachée là des heures en plein soleil. Jusqu'à ce qu'effectivement, quelqu'un se pointe. Un homme s'approchait, avec une jeune femme. Interpellés par la présence de l'enfant, ils restèrent cependant vigilent. Par de nombreux signes de tête et autres gestes, Ayeen tentait de les prévenir, de les faire partir, comprenant ce que le groupe avait fait d'elle : un appât pour pouvoir piéger les vagabonds. La jeune femme attira l'attention de son compagnon sur les dangers du lieu et les avertissements de l'enchaînée suffirent à convaincre l'homme de s'éloigner. Mais lorsqu'ils décidèrent de quitter les lieux, il était déjà trop tard... Le groupe bondit sur le duo et les frappa à mort avant qu'ils n'aient eu le temps de s'enfuir. Certes, sur leur garde, ils parvinrent à amocher certaines personnes, mais succombèrent à l'attaque. Laissant leurs possessions être pillées par ces barbares. « T'es qu'une sale garce ! » Hurla la femme du groupe en giflant Ayeen avec violence. « Edna, calme-toi. On a eu c'qu'on voulait. » Répliqua le chef de la bande. La dite Edna releva la jeune fille et la tint avec fermeté par les cheveux pour la forcer à regarder les deux cadavres. L'enfant était en pleurs. « C'est de ta faute. Ils auraient pu repartir en vie, comme ton papounet chéri. Mais tu les as tués. » Elle la lâcha vivement et rejoignit les autres. De retour au terrier, Ayeen fut enfermée, seule avec sa culpabilité et cette obscurité.

De nombreuses corrections à coups de lames et de poings marquèrent irrémédiablement le corps meurtri de l'enfant. Ayeen devait faire ce qu'ils exigeaient d'elle, aucun choix ne lui était laissé. Elle finit par leur obéir au doigt et à l'œil. Jusqu'à laisser le chef de la bande entrer parfois dans cette chambre sombre. Approcher d'elle, profitant de l'intimité des lieux et du silence éternel d'Ayeen pour faire voyager ses doigts le long de ses formes naissantes et sa taille fine. Profitant de ce corps qui lui appartenait tel un objet. Au début, elle tenta bien sûr de se débattre. Mais les paroles murmurées par l'homme lui glaçaient le sang. Et l'évidence finissait toujours par être la même : elle ne pouvait rien faire contre lui. À part éviter de se défendre pour que ce soit le moins douloureux possible.

Lors de leurs attaques, ils parvinrent à mettre la main sur un groupe en possession de radios. Une aubaine dont ils se réjouirent tous. Même Ayeen. Elle connaissait le fonctionnement de ces radios. Elle savait même contacter Alexander avec un tel appareil. Alexander... s'il était encore en vie... Les années avaient passées sans qu'elle ne s'en rende compte et à plusieurs reprises, le groupe dû changer d'emplacement. Trouvant à chaque fois de quoi se terrer dans les souterrains. Il lui fallait accéder à l'extérieur pour capter la fréquence d'Alexander. Il fallait, surtout, qu'elle mette la main sur l'appareil. C'est alors qu'Ayeen tenta d'utiliser l'attrait que lui portait le chef pour l'amadouer. Elle n'était plus l'enfant qu'ils avaient enlevée. Approchant les 19 ans - bien qu'elle n'ait pas réellement conscience de son âge - elle piégeait bien moins efficacement les âmes errantes mais avait d'autres attributs qu'elle mit à profit. Même si elle restait surveillée, Ayeen partageait de plus en plus le quotidien du groupe. Et le lien entre Edna et le chef, Bev, n'était plus un secret depuis longtemps pour elle. Ce couple qui avait traversé les années était un noyau dur qui soudait le groupe. Ayeen décida de tourner son malheur à son avantage. Affichant régulièrement quelques regards et approches envers Bev. Non loin de la vue d'Edna. Celle-ci devait forcément se douter de quelque chose. Un jour où Edna dut commencer à exprimer ses soupçons, Bev se retourna contre Ayeen et la somma de cesser son petit manège si elle ne voulait pas subir sa colère. Malgré la peur et le dégoût que cet homme lui inspirait, Ayeen prit les devants en l'embrassant et lui offrant ce que, d'habitude, il prend sans permission. Ils n'étaient pas dans le terrier d'Ayeen. Ni perdus à l'extérieur. Et Edna fut frappée par la vision de l'homme qu'elle aimait, chevelure de la gosse dans les mains, la prenant sauvagement avec une passion mêlée de colère comme si lui-même se détestait de faire ça. Mais le regard d'Edna mit fin à tout ça.

Au-delà des menaces que la femme proférait à l'encontre d'Ayeen et des foudres qu'elle abattait sur Bev, le groupe entier semblait se dissocier. Certains prenant le parti de l'un ou de l'autre. Sauf un jeune homme, à peine plus âgé qu'Ayeen qui, dans l'ombre, l'avait toujours soutenue ; l'aidant à supporter son calvaire comme il le pouvait sans que ça ne se remarque. Il entraîna Ayeen vers l'extérieur avant que celle-ci n'insiste à faire demi-tour. Elle trouva l'une des radios qu'elle vola à son tour. Entraînée par le jeune homme, ils finirent par rejoindre l'échelle de sortie. Cependant, ils ne passèrent pas inaperçus et une fois à l'extérieur, d'autres membres du groupe sortirent. Ils avaient beau courir au plus vite qu'ils le pouvaient, ça ne suffit pas à distancer une balle tirée. Les munitions étant rares, il n'y eut que deux autres coups de lancés. Une balle se planta dans la jambe de son sauveur qui se déroba à sa vue, mis à terre. Mais Ayeen ne se démonta guère et continua à courir. Encore et encore. Elle court encore aujourd'hui. Même un an après s'être échappée. Seule, terrifiée, la jeune femme tente de survivre comme elle peut, lançant quelques signes de vie sur la fréquence d'Alexander. Espérant qu'un jour, malgré les années qui les séparaient, le sort daigne les réunir. C'est au seul souvenir de cet homme qu'Ayeen parvient à fermer les yeux en pleine nuit.

Vanka
J'ai 25 ans et je suis employée d'un laser game. J'ai connu After Dawn grâce à Vanka :oui: . Mon personnage est un inventé créé par Vanka. J'accepte que mon personnage soit utilisé comme scénario si je venais à être supprimé. J'accepte le règlement et consens à le respecter.

Codes à remplir pour les bottins

Code:
<font class="wr-txu">Courtney Eaton ◈</font> <outsiders>Ayeen Amarth</outsiders>
Code:
<font class="wr-txu">Vagabonde ◈</font> <outsiders>Ayeen Amarth</outsiders>

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
avatar

Points : 667
Crédits : Sigyn / Astra

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Re: Ayeen "Hope" Amarth   Mar 14 Nov - 15:21

Naveen Amarth
ft. Alicia Vikander
libre
29 ans ◈ Membre du Sillon (clan) ◈ Célibataire
Outsiders ◈ Survivante
Maline + Observatrice + Serviable + Protectrice + Combative
Rancunière - Exigeante - Impulsive - Violente - Obstinée

◈ Lorem

◈ Lorem

◈ Lorem

◈ Lorem

◈ Lorem


Informations HRP
L'identité du personnage est négociable, tout comme son avatar. Si certains points de son histoire ou de son caractère ne sont pas à votre goût, cela peut être discuté pour procéder à quelques ajustements :coeur:


Hope Sand
Lorem.

_________________
in the darkest moments
i'm the dark messiah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
 
Ayeen "Hope" Amarth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BIGBANG
» Finnagán • But as long as we survive, Our hope and pride they can't deprive
» hope is the only thing stronger than fear.
» Les petits papiers d'Hope
» «[ Blue Hope ]»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saom AD :: RP :: Tools-
 
Sauter vers: