Partagez | .
 

 test

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Avatar : Magdalena Zalejska
Crédits : Groggysoul & Tumblr
DC : -

« L’homme est le seul animal qui en fait souffrir d’autres sans autre but que celui-là. »
Arthur Schopenhauer

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd

MessageSujet: test   Sam 9 Jan - 20:01

Journal de bord
#15
Molos, la couleur des sentiments
Les regards se posent sur moi comme des épées qui veulent me traverser de part en part. Je n'ai pas la force de lutter. Pas contre mes frères. Arkanys est venu me voir pour s'expliquer par rapport à sa réaction. Bien qu'il soit encore profondément touché par ce que j'ai fait, il comprend ma position. Enfin il essaye... Selon lui, ma relation avec George Mikali devrait me protéger de ce genre de manèges. Comme si cela me donnait le droit de défier le krye et de refuser un ordre direct. On pourrait le croire. Mais les choses ne fonctionnent pas ainsi. J'ai choisi de suivre le chemin que mon oncle a tracé pour moi, cependant, j'ai le même rang que les autres ushtar. Aucun passe-droit, aucun traitement de faveur si ce n'est la protection du krye... Mes erreurs sont bien plus surveillées que celles des autres. Ma position est sûre, mais les yeux qui me regardent sont d'autant plus intransigeants. Je ne peux nier que la place que j'ai obtenu auprès de la MS, je la dois en partie au respect que les hommes vouent à Mikali. Mais je ne me suis jamais reposée là-dessus et je ne pense pas que le parrain voudrait que cela commence aujourd'hui. Il a beau se soucier de ma vie, de ma santé, il ne sera pas là pour ramasser les pots que je casse. Pourtant, il y en aurait du ménage à faire...

De la surveillance, regarder au loin perchée en haut d'un toit à attendre que les heures passent. Voir cet horizon était la dernière chose qu'on m'autorisait comme échappatoire. Mais rapidement on m'interdît même d'y aller. Il ne fallait pas que je prenne le risque d'être exposée. Je n'avais rien pris mais il devenait évident, au vu du tremblement de mes mains et des frissons qui me parcouraient, que j'en aurais bientôt besoin. M'éloigner... loin. Les remarques désobligeantes de Josef sur les récents tracts des secours publics m'exaspéraient. Mais ce qui me donna le plus envie de lui mettre un coup de crosse dans la tête, c'est sa réflexion sur ma position au sein de la MS. Il mit en exergue le fait que j'étais la seule femme et qu'indubitablement, les hommes avaient des besoins à satisfaire... J'en avais déjà trop fait ces derniers jours, je ne devais pas m'en prendre à lui. Il ne me connaît pas, il ne sait pas ce qu'il se passe. En vérité, personne ne sait vraiment ce qui se passe. On a chacun les idées d'une ou deux personnes, mais jamais l'ensemble. Et quand bien même quelqu'un tenterait d'avoir le fin mot de l'histoire, il y aura toujours des personnes partagées sur les priorités à avoir. En dépit de l'indéniable dévouement de chacun envers la MS, il y a ceux qui font passer la cause avant tout, d'autre le groupe. Ma vision du monde a fait que j'ai toujours laissé la cause prendre le dessus. Toutefois, depuis que j'ai rencontré ce Mark Evans, les choses ont commencées à changer... J'ai commencé à comprendre que parfois, être proche de quelqu'un, ça apporte beaucoup. Ce n'est pas une question d'intérêts matériels, mais plutôt affectif. J'ai appris avec lui à me rapprocher d'autrui. Le soucis, c'est qu'on ne choisit pas toujours les personnes desquelles on se rapproche. Parfois, les circonstances font que deux âmes marchent côte à côte sans qu'on n'ait décidé de suivre la même route...

L'atmosphère était pesante. Ma tête me faisait si mal... j'étouffais. J'avais besoin d'air, de me dégourdir les jambes. Je ne voulais qu'une chose : sauter dans une bagnole et me tirer d'ici. M'évader quelques temps, ne serait-ce que quelques heures. J'en fis par au mik présent, mais il ne semblait pas mesurer l'importance de mon mal être. J'allais faire une connerie si je sortais pas de Molos. Les ordres étaient clairs ; j'étais consignée dans cette ville. Demander à un ushtar de m'aider à sortir d'ici n'allait qu'empirer mon cas. Je m'efforçai de prendre mon mal en patience ; d'éviter de craquer devant les autres. Tiens bon Vanka, tiens bon, me répétai-je en touchant du bout des doigts mon arme. Les hommes étaient dispersés, la journée peinait à se lancer. Les effectifs forcèrent Mike à déléguer une escouade à Marco. Ce dernier voulait, avant toute chose, s'assurer que je ne quitte pas Molos. Sans prendre en compte ce qui serait bien ou non, il obéissait aux ordres du Loup. J'emmerde le Loup. Il sait l'état dans lequel je suis. Il sait que je n'arriverai jamais à me détacher de tout ça si je tourne en rond. Ma tête bouillonne comme de la lave en fusion et ma vue se trouble. Je tiendrai pas. L'impression d'être comme un oiseau retenu en cage, pour moi qui ai toujours eut ce besoin de bouger, de changer d'air, de respirer ailleurs, rester dans cette ville me bouffait. Mais les oubliés, le gouvernement, ma parano fini par m'inciter à me réfugier chez moi. Une... petite... juste... Mes pas me guidèrent vers cette trappe qui regorgeait de seringues... Je me terrai ainsi durant de longues heures avant de retrouver mes frères.

Les briefing avaient un arrière goût amer qui partageait le krye et le kryetar. Mais tout le monde savait quel camp choisir. Même si c'était parfois à contre-cœur... Chacun semble savoir se positionner par rapport au Loup et à Odd. De mon côté, je reste tellement en dehors de tout ça... J'ai appuyé sur ce putain de bouton. Comment Odd pourrait à nouveau me regarder ? Il n'a pourtant de cesse de veiller sur moi, me rétribuant le LSD que je lui avais donné. Vu mon assignation à Molos, il pourrait tellement avoir le dessus sur moi avec ça... En même temps, il prend de gros risques en me donnant ça. Comme s'il n'avait pas déjà assez payé à cause de moi... Odd... pourquoi j'ai appuyé sur ce bouton... J'ouvre à nouveau mon téléphone civil. Le nombre de messages est effarant. Les travailleurs s'inquiètent, d'autres tentent de me soutenir et certains se font encore emmerder... Je dois retourner à Sofia, régler tout ces problèmes. Il en va de la pérennité de Graine de Malt. Pour moi, cette entreprise est plus qu'une simple couverture. Elle permet à des dizaines de personnes de nourrir leurs familles. Il faut que quelqu'un s'occupe d'eux, veille sur eux... Ma tête... Un message de Lambert De Ryckman. Son nom me glace le sang, mais son message a l'effet d'un tranquillisant. Il ne me veut pas de mal. Pourquoi l'ai-je cru ? Lambert est loin d'être une personne équilibrée mais j'aime à croire qu'il restera raisonnable à mon égard. Derrière cet énergumène, je persiste à croire qu'il y a un être humain. Il m'aspire une certaine sympathie qui se rapproche plus de la pitié. Mais ses intentions sont claires, et je ne veux pas me retrouver avec lui. Surtout pas vu mon état. Sans attendre, je fais part de ce message à Dalkhan. Mais vu son regard, c'est le Loup qui reçu celui-ci... Vu les menaces qui planent sur la MS, le marché qui a été proposé à Mike, il fut rapidement question de me vendre à De Ryckman. Entendre ça de la bouche d'une personne qui est censée m'aimer, qui a montré jusqu'où il était prêt à aller pour prouver que je lui appartenais, ça me fit l'effet d'une décharge électrique. Les réactions étaient partagées mais tous semblaient acquiescer l'idée. Je recentrai mes esprits, m'obligeant à constater objectivement les faits : le gouvernement a ouvertement menacé de raser Molos et, s'ils le peuvent, ils n'hésiteront pas à déborder sur Sofia et tout le Nord-Est. Le Loup est également dans une posture peu confortable étant donné qu'ils tiennent à ce qu'il tombe son masque pour dévoiler son vrai visage. Et vu ma situation actuelle, le Loup pense que je pourrais obtenir une protection rapprochée facilement avec le Premier ministre à mes côtés.

Il le sait, je ne peux faire aucun choix de façon rationnelle vu mon état. Pourtant, ça ne l'a pas empêché de me demander de choisir devant tous les hommes. En toute franchise, je lui ai clairement dit qu'en tant que Saoreen, je ne voulais pas que cet homme ne m'approche et ne vienne à abuser de moi. En tant que Vanka, je suis prête à me sacrifier pour la MS. De toute façon, que vaut mon intégrité maintenant que toute la famille me considère comme le jouet du krye ? Même si je reste leur sœur, la plupart n'ont plus d'estime pour moi. À quoi bon lutter ? Je pensais sincèrement pouvoir être plus forte face à ce genre de situation. Mais rien ne m'y avait préparé. Dés l'instant où Dalkhan a évoqué que nous étions ensemble, tout a changé. Vivons heureux vivons cachés... je savais qu'être avec le Loup était une mauvaise idée, et encore plus de le dire à tout le monde. Sur ce coup, je lui ai fait confiance, mais je n'aurais pas dû. Sur beaucoup de choses je me rends compte que je n'aurais dû faire confiance à personne, même pas à moi-même. Je n'aurais pas dû laisser l'anonyme se dévoiler. Je n'aurais pas dû laisser Mark m'afficher auprès des siens, je n'aurais pas dû me rapprocher de lui tout simplement. Je n'aurais pas dû laisser des sentiments m'envahir. Mon cœur en état de siège depuis trop longtemps a vu ses défenses s'effondrer. Mon seul souhait serait de pouvoir prendre assez de recul pour me reconstruire. Je sais que je peux y parvenir. Je l'ai promis. Non pas au Loup, mais à Dalkhan. Malgré la colère qu'il m'inspire, le fait qu'il ne perde pas une occasion de m'enfoncer un peu plus sous terre, je veux continuer d'avancer et m'en sortir. Alors j'ai accepté la mission. Nonobstant le fait que cela participerait sûrement plus à ma destruction qu'à mon rétablissement, si le Loup est sûr de son coup, je le suis. Enfin, je l'espère... Confiant à Odd que je n'avais aucune envie d'y aller, j'avais besoin d'aide pour passer outre le fait que le Loup allait risquer mon intégrité pour la MS. On m'assura que tout un protocole d'extraction sera mit en place, qu'au moindre soucis, ils agiraient. Mais le temps que tout cela se fasse, ce sera déjà sûrement trop tard. Malheureusement je connais Lambert... Quittant les rangs, je m'éloignai et pris la dose que j'avais mis dans mon sac. Désolée... Envoyée si haut dans le firmament, je mis du temps avant de réaliser qu'ils formaient les escouades. On ne semblait pas particulièrement agité. Ils allaient forcément capter mon absence à un moment ou un autre. Alors non sans difficultés, je me levai et me dirigeai vers le point de rendez-vous avant d'être trop en retard et que cela attire l'attention. Je longeai avec beaucoup de mal les murets pour retrouver mon chemin, je ne voyais plus rien. Trop trouble, trop lumineux. J'entendis Arkanys qui se moquait du manque de discrétion que je démontrais avec ma démarche. Putain... je veux pas être discrète, j'veux réussir à atteindre la voiture... pestai-je en silence. Une fois installée, je restai muette, attendant patiemment la descente.

Enfin j'allais pouvoir quitter Molos. Même si les circonstances ne se prêtent pas à une escapade, c'est déjà mieux que rien. La drogue m'éloigne de ce nuage presque palpable de tensions. Heureusement qu'on arrive rapidement à devoir se concentrer sur quelque chose qui n'a rien à voir avec nos histoires. Bien que j'eus beaucoup de mal à me mettre dans l'action. Encore une fois, Odd veilla sur moi et fit tout son possible pour couvrir mes arrières. Les choses auraient été tellement plus simples s'il n'était pas amoureux de moi... Les sentiments ne se choisissent pas, ce n'est pas de sa faute. Sans vouloir me décharger, je n'ai pas tellement incité Odd à me voir ainsi... J'aurais dû tout faire pour l'éloigner de moi avant qu'il n'ouvre totalement son cœur. Tellement de choses que je vois aujourd'hui et que je n'aurais jamais soupçonné... Je me demande si je ne serais pas mieux de tout laisser de côté. Les sentiments ont quelque chose de magique qui vous transporte et vous pousse au-delà de vos limites. Malheureusement, c'est à double tranchant : les sentiments rendent faibles. Il y en a des bons, des mauvais, et la plupart du temps on souffre pour les deux. Devrai-je sacrifier ce bonheur à portée de main pour éviter de faire souffrir les autres ou moi-même ? On pourrait voir là une solution de facilité... Si seulement j'étais capable de faire les bons choix, de prendre les bonnes décisions...

base par motley control.


http://i.imgur.com/TaBgb34.jpg

http://i.imgur.com/1uvb1Jj.png
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
 

test

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [résolu]horloge test en swf
» test du text-rich qui tourne
» Crash-test by Renault
» petites questions suite premier test des Loups
» Graph test de Kelkun [Photoshop]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saom AD :: 
Monkey Slut
 :: Save
-