AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1. Sun kills moon - Enkil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Points : 1515
Avatar : Courtney Eaton
Crédits : Kettricken
« L’homme est le seul animal qui en fait souffrir d’autres sans autre but que celui-là. »
Arthur Schopenhauer

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: 1. Sun kills moon - Enkil   Lun 27 Fév - 23:28

Sun Kills MoonSol, chassée par Skoll, mettait en déroute Mani, chassé par Hati, amenant sur Skogen une aube levant le voile des mauvais rêves savetant la splendeur du jour. Cet ascendant dirigeant l'épée du bourreau sur Sigvard... Une présence te manquait constamment. Penser qu'il réside dans la froide, brumeuse et noire demeure de Hel, en compagnie des morts de maladies et de vieillesse, des couards et des faibles, n'était pas pour te réjouir. Tu quittas ta couche pour entamer une journée de soins qui s'annonçait déjà harassante et routinière... « Ne sors pas aujourd'hui, tu as du travail dans cette demeure. Vu son état, tu sembles l'oublier. » Therfhild le forgeron avait toujours une bonne parole, paternelle et... acerbe et acrimonieuse. Chaque jour parvenant à faire sentir cette haine, cette rage que lui inspire sa propre fille. Tu n'y es pour rien, mais c'est à toi qu'il incombe de racheter les fautes de cette mère infidèle, de racheter les crimes non avoués d'un être que tu as osé aimé contre la volonté de ton père. Tel est le fardeau que tu dois porter. « Je pourrais faire cela en rentrant, il faut que je rende quelques visites. » De trois foulées allongées il s'avança. D'un revers de sa dextre il te gifla. La tête penchant sur la gauche, le regard ailleurs. Ces maux étaient un lot quotidien depuis tant d'années... Mais il en était ainsi des liens du sang : on ne les choisi guère. « Balivernes. Tu auras tout le loisir de faire tes jérémiades plus tard ! Pour l'heure, ne t'avise pas de mettre un pied dehors si ce n'est pas rangé et lavé. » Du reste de graines et d'épices, le forgeron fit un mélange qu'il renversa par terre. Tes yeux se plissent, mais aucun mot ne sort. Mieux valait qu'il en soit ainsi.

La forge l'attendait à présent, l'air dédaigneux et déçu, il quitta la demeure. Les paupières se refermant, tu soupires, ressentant alors un soulagement vain. Ce serait la même rengaine. Ce soir. Demain. Après-demain... Une chaîne infinie telle une ritournelle incessante. Apprêtée pour tes visites, tu poses finalement tes affaires et commences à ranger, trier, nettoyer... « I remember ancient times when life was all that existed ; No mournful battles, only the dance of the elvenking, only beauty. Nothing can now ease the painful death of my friends. Nothing can now prevent, norns runes and my cry in distress. » Déchargeant la colère et les mauvais sentiments t'animant, tu mis du cœur à l'ouvrage et parvins au bout de tes peines. Assise près du foyer de la modeste halle que possédait ta famille, ton regard se perdait. Les flammes du de l'âtre dansaient en reflets estompés dans le bleu de tes yeux. Lorsqu'un bruit, une voix familière, vint heurter le silence du crépitement du feu. Lentement, tu te levas pour voir ce qu'il se passait dehors. Rien. Les bras croisés, tu observais le chemin qui menait au Sud de la forêt. Qu'est-ce qui t'empêchait finalement de marcher et de rejoindre un autre village ? Une autre vie ? Quelqu'un approchait derrière toi. En toute douceur, tu te retournes pour voir de qui il s'agissait. Enkil Iversen. « J'espère que je ne te dérange pas ? » Un sourire sans joie t'échappe. Pensive mais ne voulant pas se montrer impolie ou de mauvaise compagnie. Cela semblait faire une lune que tu ne l'avais pas vu. La curiosité quant à la raison de sa visite se dessinait avec surprise sur ton visage. Cet homme, brave et vaillant, avait vécu bien des drames. Cela t'attristait, comme à chaque fois que l'envol d'une âme finissait par s'associer à toi. Il était indéniable que ceci changeait la façon avec laquelle l'on finissait par te regarder.

Enkil n'était pas de ceux qui allaient t'en vouloir de ne pas avoir été capable de contrer les choix des dieux. Il n'aimait pas te voir souffrir, ni personne d'autre te disais-tu. Ces marques sur ton visage n'étaient pas pour le rassurer. Nonobstant cela, il s'avança jusqu'à ta hauteur. Il te dépassait d'une tête, alors il te fallait lever les yeux pour croiser les siens. Se lisait dans les siens toute une épopée qu'il a vécu, vit et vivra. Un homme destiné à de grandes choses, cela ne faisait pas l'ombre d'un doute. Ces épreuves que les nornes lui infligeaient, le rendait plus fort, plus grand. Mais il en gardait les stigmates, au fond de son âme. « Comment vas-tu ? » Sans réponse, tu te contentas de hausser les épaules. Les mots n'étaient pas nécessaires. Tout le monde à Skogen savait : Helja Leifsson est forte, son moral est aussi robuste que l'acier forgé par son père. Tout le monde ne le sait pas : ce qu'Helja Leifsson subit au-delà des peines et des souffrances de ceux qu'elle soigne. Lui, il le sait. Tu vas bien. Pour autant que tu puisses l'être, aujourd'hui est une bonne journée. Comme hier le fut. Comme demain le sera. Parce que c'est ainsi qu'il faut vivre à Skogen. Pour rester debout et digne. Tu pris du bout de tes doigts fins le sachet qu'il te tendait. « Ce que je t'avais promis. » Son sourire, tes lèvres l'imitèrent. « Ce que tu m'avais promis ? » Une moue suspicieuse se dessina sur ton visage alors que tu ouvrais la bourse en tissu. « Aaah ! En voilà un bon disciple de Munin. » De pas lents, tu te diriges vers la porte d'entrée de la demeure Leifsson, tentant de déceler ce qui se trouvait dans ce sachet. Marquant un arrêt, tu te tournes vers Enkil. « As-tu le temps d'entrer ? » Tu aimais parler avec Enkil. Non pas à cause de l'empathie que tu lui portais, mais car tu l'estimais en tant qu'ami et ce que l'un comme l'autre, vous sembliez en avoir un certain besoin.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
avatar

Points : 1515
Avatar : Courtney Eaton
Crédits : Kettricken
« L’homme est le seul animal qui en fait souffrir d’autres sans autre but que celui-là. »
Arthur Schopenhauer

Face to face
Allégeance : Camp 3
Fonction : dsff
Champ 2 : zd



 Sujet: Re: 1. Sun kills moon - Enkil   Mar 28 Fév - 17:21

Sun Kills MoonLa famille Leifsson n'était pas des plus riches, mais pas à plaindre non plus. Une maison assez grande pour trois, quatre personnes, deux chambres derrière une halle qui laissait apparaître deux portes à sa droite. L'une menant à une salle d'eau et une présentant la cuisine et la réserve. Le convive avait de quoi s'asseoir, près du feu des assises étaient disposées. Des bancs recouverts de tissages de laine et de quelques peaux, au bout une petite table où est disposée un récipient contenant de l'eau pour se laver les mains. Tout était fraîchement en ordre et installé. Les rayons lumineux de Sol traversaient les interstices de la porte d'entrée alors que de frêles bougies de cire se consumaient pour faire apparaître une lumière vacillante et tamisée. L'endroit paraissait austère, malgré son confort et son agencement. On sentait le poids de cet endroit sur tes épaules. Les marques sur ton corps. Seules celles de ton visage sont visibles, prompte à respecter la pudeur et les mœurs. Quand bien même le village serait mis à sac, ravagé à feu et à sang, il te tenait à cœur de rester droite et respectable. Peu importait ce qu'en disait Therfhild, tu savais que tu faisais partie des bonnes personnes, justes et humaines.

Enkil entra juste après toi, déposant le contenu du sachet sur une table afin de le détailler. « Elles viennent des contrées sauvages. Une guérisseuse me les a données. » Expliqua l'invité. Étudiant de plus près les feuilles, les traits de ces plantes, j'écoutais Enkil. Curieuse d'en apprendre plus sur leurs propriétés. Mais ce n'est pas ce qu'il te détailla. Il s'attarda plus sur ta joue, sans voir son regard, du coin de l'œil, tu savais ce que ses yeux à lui observaient. « Peut-être qu'elles te soigneront. » Ton attention quitte ces plantes. Parler de cette violence que tu te persuadais toujours justifiée par ses blessures passées, te gênait profondément. Ton visage ne se durcissait pas pour autant. Pas devant celui que tu estimais en tant qu'ami. « Au lieu de soigner les autres, tu devrais prendre un peu de temps pour toi Helja. » Au fond de toi, laisser Therfhild extérioriser la haine et la colère qu'il ressent par rapport sa défunte épouse, cette rage face à tant de déshonneur, est bien mieux si elle est déportée sur toi, celle dont le visage lui rappelle cette femme, que sur les autres habitants de Skogen. Cette dévotion, tu ne la lui accordais pas par amour. Tu ne l'aimais pas non. Ce n'était pas un secret pour Enkil qui semblait près à agir au moindre signe de ta part. Tes paupières se closent lorsqu'il effleure du bout de ses doigts ta joue. Un air mélancolique te prend quand il finit par aller s'installer près de l'âtre. Reconnaître qu'il avait raison te fendait le cœur. Tu vis cette existence altruiste pour racheter l'âme perdue dans les champs austères du Helheim de ta mère. Sans même te poser de questions sur ce que tu aurais pu ou pourrais faire de ta vie. Mettant tes ambitions et tes désirs de côté, surtout depuis que Sigvard est mort.

L'air morne, tu ranges les plantes dans la bourse de tissu que tu refermes soigneusement. Comme si elle contenait un trésor. La guérison est, à ton sens, une magie inestimable. Celle que les dieux eux-mêmes utilisent. Dans ces plantes, dans les éléments, se cachent la vie et ses secrets. Soigner grâce à eux est comme une traduction de leur secret. De pas lents, tu viens t'asseoir auprès de ton invité. Il ne semble pas en paix dans ce foyer qui est le tien, mais à vrai dire, toi non plus tu ne t'y sens pas à l'aise. Alors difficile de lui en tenir rigueur. « Songes-tu parfois à découvrir le reste du monde Helja ? » Un sourire fini par trouver son chemin sur tes lèvres alors que vos regards s'entremêlent dans les flammes du feu trônant au milieu de la halle. « Cela m'arrive d'y penser. » Pouvoir s'évader, couper court aux obligations, aux responsabilités, à la pression perpétuelle que les familles posent sur ton dos. Cependant, les rêveries ne mènent nulle part alors qu'ici, tu as ta place, quelques amis, ton père - qui, malgré son comportement, reste ta famille, celle que tu dois respecter et dont tu dois honorer le nom - et ton confort. L'aventure est une chose qui saurait te stimuler, mais une femme seule, sans connaissances avancées du combat et de la survie dans les conditions que porte cette région, tu ne saurais ne serait-ce qu'arriver jusqu'à Solstheim... Quand bien même tu y parviendrais, ton sens du devoir prévaut. Alors même si cela paraît tentant, tu persistes à croire que tu ne serais pas heureuse avec ce souvenir de Skogen que tu aurais laissé derrière toi. Tu n'étais pas grand chose dans ce village, mais tu n'étais pas sans ignorer ce que tu lui apportais. Et vu les temps que Skogen traverse, partir n'est même pas envisageable.

Les hommes comme Enkil avait ceci que tu leur enviais : la possibilité de découvrir le monde, de rencontrer de nouvelles cultures - bien que ce soient souvent les mêmes, elles restaient pleines de mystères encore aujourd'hui - ce qui était payé très cher. Même si donner leur vie pour leur peuple, mourir en guerrier pour festoyer jusqu'au Ragnarok avec les dieux, cela restait un coût que tous n'étaient pas encore près à faire. Tu n'étais pas prête à le faire. Malgré tes pensées sombres te vouant au Helheim, il t'arrive de croire que Freyja te tendrait les bras lorsque ton dernier souffle sur Midgard sera arrivé. « Qu'est-ce qui te retiens ici et t'empêche de vivre pleinement ta vie ? » Ton regard resta rivé sur le feu le temps d'une inspiration avant de se poser sur lui. « J'aime Skogen. Ses habitants, son histoire. Malgré les peines, les épreuves, je pense que ma place reste ici. J'ai l'impression de faire partie de ce village autant qu'il fait partie de moi. Et c'est la vie que je choisis de vivre. Même si pour ça, je... » ...tu dois subir ton père. Cet attachement, tu te doutes que ton ami ne le perçoive pas de la même façon. cela peut paraître pour de la faiblesse, un manque de courage ou de détermination. Mais tu n'en manques pas, de tout ça. C'est seulement ta façon de voir les choses et de t'y attacher qui t'enracine dans ce quotidien qui te blesse. « On a tous un rôle à jouer, Enkil. Et le mien, je le sais, est de venir en aide à Skogen. Par mes seuls moyens, certes, mais l'aider tout de même. Comme ton rôle est de défendre sa voix au Thing, te battre pour lui, son nom, ses habitants. On a tous un rôle à jouer. Et si l'on commençait à s'en détacher, que penses-tu qu'il adviendrait de ce village ? Crois-tu qu'il tiendrait debout ? Surtout maintenant que nous sommes livrés à nous-mêmes ? » La politique n'est pas ton fort et ne t'intéresse pas à vrai dire. Mais tu n'étais pas non plus sans ignorer ce qui se passait.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saom-ad.forumactif.fr
 
1. Sun kills moon - Enkil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Sunrise On Another Moon"
» ( ∞ ) she was like the moon - part of her was always hidden.
» Olivia Ong : Fly me to the Moon
» ::en attente:: Moon Jongup débarque
» Eternal Moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saom AD :: RP-
 
Sauter vers: